GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    Amériques

    [Reportage] Honduras: la dangereuse pêche à la langouste

    media La pêche dans la région de Mosquitia est très risquée du fait du manque d'équipements et d'informations données aux plongeurs. AFP Photos/Orlando Sierra

    Au Honduras, la pêche à la langouste peut coûter la vie. Début juillet, 27 pêcheurs sont morts dans le naufrage d’un navire. Dans la région de la Mosquitia, dans l'est du pays, ils sont des milliers à dépendre de cette activité précaire où les accidents de plongée sont vite arrivés.

    C’est au 1er juillet que chaque année, des milliers de pêcheurs se lancent pour une nouvelle saison de pêche à la langouste. Parmi eux, nombreux sont recrutés parmi les populations les plus pauvres et la pêche constitue leur principale source de revenus pour l’année.

    Les accidents de décompression

    Teleth Bell faisait partie de ces plongeurs prêts à tout pour multiplier ses prises. Mais en 1980, il est victime d’un accident de décompression qui lui paralyse les jambes et le force à marcher avec des béquilles : « Aujourd’hui, je suis extrêmement pauvre, j’ai été complètement abandonné, et je n’ai plus rien. Nous sommes très très mal. Nous ne recevons aucune aide, ni du propriétaire du bateau ni du gouvernement. Depuis mon accident, je ne peux compter que sur Dieu. »

    Comme Teleth Bell, des centaines de pêcheurs se retrouvent paralysés à la suite de plongées trop profondes ou trop répétitives. Lorsqu'ils remontent trop vite à la surface de l'eau, des bulles gazeuses se forment dans leur corps, et provoquent de graves lésions musculaires et cérébrales. Le principal problème, c’est le matériel. Il est souvent trop rudimentaire et non contrôlé.

    ►À lire aussi : Deux caravanes partent pour la longue marche vers les Etats-Unis

    Il y a aussi un manque de prévention auprès des plongeurs et aussi des horaires qui ne sont pas toujours respectés par les employeurs, d’après Carlos Leiba, directeur du centre d’étude et de promotion des droits humains au Honduras.

    « Le gouvernement est réactif, mais il ne prend aucune mesure préventive pour les plongeurs de la Mosquitia, qui partent à la pêche sans se soucier de rien, résume Carlos Leiba. Comment ça se fait que sur 9 000 personnes on en a 4 200 qui sont malades ou paralysées, comment c’est possible ? C’est forcément qu’il n’y aucun contrôle ni aucune prévention sur les bateaux et pour les personnes qui travaillent sur ces embarcations. »

    Pas assez d’hôpitaux adaptés

    Selon les dernières statistiques officielles, qui datent de 2004, près de la moitié des plongeurs professionnels souffraient d’un handicap lié à un accident de décompression. Un syndrome qui peut être rapidement pris en charge à l’hôpital, mais les traitements sont coûteux et beaucoup arrêtent avant d'avoir récupéré.

    ►À lire aussi : Une épidémie de dengue mortelle au Honduras fait déjà 89 morts

    Carlos Leiba déplore le manque d’infrastructures adaptées dans la région et accuse l’État d’inaction : « Notre gouvernement investit beaucoup dans les armes, dans la police et dans les forces armées, mais ça ne leur coûterait rien d’investir dans un hôpital ou un centre de soins pour ce groupe de personnes qui compte pour l’économie du pays. »

    Un travail mal payé

    Là-bas, la pêche à la crevette est la ressource économique la plus importante, elle constitue la majorité des exportations de la région. Pour un demi-kilo de langouste, les pêcheurs reçoivent en moyenne 3 dollars.

    Un salaire bien trop bas, selon Filmor Kiath Martinez, militant et porte-parole des plongeurs handicapés de la région : « Le prix des produits qu’ils pêchent est très bas, c’est pour ça que les plongeurs souffrent pour pouvoir trouver de quoi faire vivre leur famille. Ils s’en vont tous les matins faire un travail très pénible, et c’est comme cela que des accidents arrivent quasiment tous les jours, voire dès qu'une embarcation quitte le Honduras. »

    Depuis 2004, l’Association locale des plongeurs handicapés milite pour faire reconnaître les conditions de travail des plongeurs auprès de la Commission inter-américaine des droits de l’homme. En 2009, une Commission sur la prévention des problèmes de pêche sous-marine voit le jour, mais les accidents sont toujours très nombreux. À la Mosquitia, 18 à 24 pêcheurs sont hospitalisés tous les mois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.