GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    500 000 hectares de forêt partis en fumée dans l’est de la Bolivie

    media En Bolivie, la région de Santa Cruz est ravagée par les flammes, environ 500 000 hectares sont partis en fumée. AFP Photos/Santa Cruz Province Government/HO

    La forêt amazonienne brûle au Brésil. De l’autre côté de la frontière en Bolivie, ce sont aussi pas moins d’un demi-million d’hectares qui ont disparu durant ces dernières semaines. Une perte inestimable pour la faune et la flore exceptionnelle du pays, qui lutte pour maitriser les flammes.

    Avec notre correspondante en Bolivie, Alice Campaignolle

    Ce sont trois foyers d’incendie qui se sont ravivés ces dernières heures dans la région de Santa Cruz (est) près de la frontière avec le Paraguay. Alors que le président Evo Morales avait affirmé, il y a quelques jours, que les feux étaient maitrisés, les vents violents de la saison ont fait repartir les flammes.

    Si des centaines de militaires et de volontaires sont sur place pour aider à éteindre les incendies, ce n’est pas suffisant et le gouvernement, après avoir créé un cabinet d’urgence environnemental, a annoncé l’arrivée d’un Boeing 747 Super Tanker qui pourra, peut-être, gérer la catastrophe depuis le ciel.

    Pour le moment ce sont 500 000 hectares de forêt qui sont partis en fumée, l’équivalent de deux fois l’île de Réunion. Ces feux sont dus au « chaqueo », la culture sur brûlis, utilisée pour nettoyer et fertiliser des terrains destinés à l’agriculture et l’élevage. Une technique très controversée et peu contrôlable, mais qui ne semble pas être condamnée par le président Evo Morales, qui a affirmé « mais si nous ne brûlons pas, comment allons-nous cultiver ? »

    ►À lire aussi : #PrayforAmazonas: les Brésiliens entre écœurement et colère face aux incendies

    ►À lire aussi : Brésil : les feux de forêt en hausse de 83 % par rapport à 2018

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.