GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: le Parlement valide le port d'arme en zone rurale

    media Rassemblement de paysans sans terre à Novo Horizonte dans le Matto Grosso. La nouvelle réglementation fait craindre une recrudescence de violences à leur égard. Patrick SICCOLI/Gamma-Rapho via Getty

    Au Brésil, la Chambre des députés a voté en faveur d'une loi qui assouplit les conditions du port d'arme dans les zones rurales. C'est une victoire pour Jair Bolsonaro qui avait fait de la libéralisation de la possession et du port d'arme l'une des promesses de sa présidence.

    Désormais, les habitants des zones rurales au Brésil seront autorisés à détenir une arme non seulement dans leur maison principale, comme le stipule l'actuelle législation, mais aussi dans n'importe quel autre endroit de leur propriété.

    Pour entrer en vigueur, ce texte doit encore être approuvé par Jair Bolsonaro. Sa signature ne fait pas le moindre doute : au cours des six premiers mois de cette année, le président d'extrême droite avait émis sept décrets relatifs à la libéralisation du port d'armes.

    Une offensive qui s'était heurtée au veto des parlementaires qui considéraient que les règles dans ce domaine ne pouvaient pas être édictées par décret. Jair Bolsonaro a donc présenté un projet de loi qui a été, cette fois, validé par le Parlement.

    Pour les députés favorables au texte, cette nouvelle réglementation va améliorer la sécurité dans les exploitations agricoles. Les opposants craignent au contraire une aggravation des violences.

    Au Brésil, Amérindiens et paysans sans terre sont régulièrement victimes de confrontations avec les grands propriétaires agricoles et les multinationales. En 2017, soixante et onze personnes ont été assassinées en raison de conflits terriens.

    À lire aussi : #PrayforAmazonas: les Brésiliens entre écœurement et colère face aux incendies

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.