GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: une ONG dénonce la «chasse aux migrants» de l’armée à Tapachula

    media Depuis de nombreux mois, la ville Tapachula dans le Chiapas mexicain voit d'importants flux de migrants en provenance du Guatemala. Dedans, il y a notamment des migrants venant d'Afrique. AFP Photos/Quetzalli Blanco

    À la frontière guatemalto-mexicaine, la localité de Tapachula est en train de se transformer en « ville-prison », d’après Pueblo sin fronteras. Plusieurs milliers de migrants, dont beaucoup d'Africains, y sont retenus. Certains d'entre eux ont été expulsés violemment ce mercredi 21 août, alors qu'ils manifestaient pour exiger leur droit de traverser le Mexique.

    L'ONG Pueblo sin fronteras dénonce une « chasse aux migrants » dans la ville de Tapachula. Selon cette organisation, les quelque 6 000 soldats de la garde nationale mexicaine déployés par le gouvernement pour enrayer le flux de migrants se livrent à des « rafles ».

    Originaire de République Démocratique du Congo, Jean-Marie en a été victime et témoigne : « On nous a arrêté, on a fait de la prison. Nous sommes maltraités ici.  Nous sommes tabassés. Tout simplement dénigré ! On n’a rien à manger ! » Jean-Marie veut rejoindre sa famille à Mexico, mais le laisser passer délivrer par les services migratoires mexicains ne lui permet pas de quitter la localité de Tapachula à la frontière avec le Guatemala.

    Comme lui, plus de 3 700 migrants africains seraient entrés au Mexique entre janvier et juin 2019 selon les autorités mexicaines. À Tapachula, ils sont très nombreux à être toujours en attente : « Il y a des Camerounais, des Angolais, des Congolais, des Haïtiens. Nous réclamons tous notre droit d’être migrant ».

    ►À lire aussi : Mexique : 1300 migrants fuient un centre surpeuplé de Tapachula

    Ils réclament le droit de poursuivre leur route, vers les États-Unis ou le Canada. Mais depuis que Donald Trump a menacé le Mexique de taxer l'ensemble de ses produits importés aux États-Unis, les autorités mexicaines ont durci les conditions d'entrée et de circulation sur le territoire.

    Le centre de rétention surpeuplé dans cette même ville avait déjà été le théâtre une rébellion et la ville a déjà connu des émeutes jusqu'à ce que la garde nationale intervienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.