GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    États-Unis: la Nasa enquête-t-elle sur le premier délit de l'espace?

    media La Station spatiale internationale, le 23 mai 2010 (photo d'illustration). WikimediaCommons/NASA

    Cela pourrait être le premier délit commis dans l'espace et la Nasa a ouvert une enquête interne. Anne McClain, une des astronautes de l'agence spatiale américaine est en effet accusée par son ancienne conjointe d'usurpation d'identité et d'avoir consulté leur compte bancaire commun sans sa permission. Le droit s'invite donc désormais en orbite, et les choses ne pourraient pas toujours être aussi simples.

    Une séparation qui vire au règlement de comptes, c'est malheureusement banal. Ça l'est moins quand l'une des deux parties est astronaute à la Nasa, et qu'on lui reproche d'avoir accédé à des données bancaires personnelles depuis l'espace.

    C'est ce qui arrive à Anne McClain revenue sur Terre en juin après 6 mois passés dans la station internationale. Un séjour au cours duquel, elle se serait connectée au compte commun qu'elle partageait avec sa conjointe alors que les deux femmes étaient alors en train de se séparer. Cette consultation aurait eu lieu sans l'accord de la personne restée sur Terre.

    Une enquête interne

    Mais l'astronaute réfute formellement l’accusation. La justice américaine n'est pas encore saisie, l'enquête est pour l'instant interne à la Nasa. Si les faits sont avérés, il s'agirait alors du premier délit commis dans l'espace.

    Dans ce cas précis, les questions de juridiction sont simples. Les astronautes américains ont accès à Internet sur des ordinateurs américains, situés dans la partie américaine de la station. Mais dans l'espace tout peut devenir beaucoup plus compliqué.

    Des accords peu précis

    Si un crime survenait en orbite impliquant par exemple un Russe et un Canadien dans la partie japonaise, des accords existent, ils sont peu précis et on ne sait pas quel pays serait en charge de l'affaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.