GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pourquoi la forêt amazonienne brûle aussi en Bolivie

    media La parcelle défrichée d’Emilio. RFI/Alice Campaignolle

    Les incendies en Amazonie ont déjà emporté quasiment un million d’hectares de forêt en Bolivie, en à peine quelques semaines. Une catastrophe pour la faune et la flore et pour les habitants des zones affectées. L’origine de ces incendies ? L’agriculture sur brûlis, très pratiquée dans le pays.

    de notre correspondante à La Paz,

    « J’ai tout défriché moi-même, en trois jours » explique Emilio, en montrant son « cato » - son quart d’hectare -  où les arbres sont à terre, dans un fouillis de branches et de terre retournée. Dans quelques semaines, quand tout sera bien sec, il mettra le feu à la parcelle. Elle sera alors prête pour être cultivée.
    Emilio est de la municipalité de La Asunta, dans les Yungas de La Paz, dans le bassin amazonien bolivien. Si là-bas les incendies n’ont pas dévasté des milliers d’hectares, les pratiques sont les mêmes que dans la Chiquitania, la zone où les incendies font rage. Chaque année, d’août à octobre, avant de semer, on « nettoie » les parcelles, c’est la saison de ce que l’on appelle le « chaqueo », le défrichage.

    Le feu, loin d’être la solution de facilité

    Si c’est la solution la moins coûteuse et la plus pratique, « elle n’est pas facile pour autant », nous explique Juan Carlos Ledezma, biologiste, spécialiste de la forêt à Conservation International. « Il faut couper des arbres de 20, 30 mètres, il faut les enlever de la parcelle pour vendre le bois. Il faut bien nettoyer les bords du champ pour que le feu ne se propage pas. Non, vraiment c’est loin d’être la solution de facilité ». Et Emilio raconte qu’il y a deux semaines l’un des dirigeants de son village est mort en défrichant son terrain, « un arbre a glissé, et lui a emporté la moitié du visage ».

    Emilio Tintaya Choque sur sa parcelle plantée de caféiers. RFI/Alice Campaignolle

    Une pratique dangereuse, pour l’homme et pour l’environnement, mais qui pourtant reste très utilisée par les petits agriculteurs. En Bolivie, la plupart n’ont pas de matériel pour mener à bien ce nettoyage, pas de tracteurs, pas de tronçonneuse, et « même s’ils en avaient, difficile de trouver du carburant » explique Juan Carlos Ledezma. Alors tout se fait à la force des bras. D’ailleurs, il n’y a même plus de chemin carrossable pour accéder à la communauté d’Emilio, il a été coupé par un glissement de terrain, il y a environ six mois. Érosion et instabilité des sols, qui sont justement les conséquences de ces défrichements massifs.

    « De quoi vont vivre les familles ? »

    Avant que le feu ne prenne cette ampleur dans l’est du pays, la semaine dernière, le président Evo Morales avait lancé cette petite phrase, qui a enflammé les esprits : « si ces familles ne défrichent pas par le feu, de quoi vont-elles vivre ? » Des propos qui ont beaucoup choqué les activistes environnementaux, d’autant plus à l’heure actuelle où les incendies se sont étendus et ont ravagé plus de 10 000 km2 de forêts.

    Natalia Calderón dirige la Fondation Amis de la Nature et elle est justement très investie dans la question du brûlis.  « Nous partons du principe que cette technique est utilisée et que nous ne pouvons rien y faire. Nous travaillons donc à une meilleure gestion du feu par les agriculteurs. Qu’ils préviennent leurs voisins, que les feux soient organisés et gérés avec toute la communauté, qu’ils vérifient les conditions climatiques des jours à venir. » Un ensemble de « bonnes pratiques » qui pourraient éviter les incendies gigantesques de ces dernières semaines.

    Le décret de la discorde

    Mais toutes les associations expriment le même ras-le-bol envers les autorités gouvernementales et le peu de cas qui est fait à la forêt tropicale en général. Dans leur ligne de mire, un décret présidentiel, signé le 9 juillet dernier qui permet le « brûlis contrôlé » dans les régions de Santa Cruz et du Béni. Un décret qui semble s’inscrire dans l’esprit général de la politique environnementale du président Evo Morales : extension de la frontière agricole dans l’est du pays, au détriment de la forêt -bien que les sols de ces zones soient peu productifs-, extraction d’hydrocarbures justifiant la déforestation, et enjeux politiques.

    Car la triste réalité est là : la Bolivie est en période de campagne électorale, dans moins de deux mois les électeurs se rendront aux urnes pour élire leur nouveau président. Or comme l’explique Pablo Solón, militant de l'environnement, qui a été ambassadeur de la Bolivie à l’ONU : « Avant, Evo Morales ne pouvait pas mettre un pied à Santa Cruz, il y était persona non grata. Aujourd’hui il a acheté le vote, non seulement des petits producteurs mais surtout des grands propriétaires terriens et des éleveurs ». Car les 350 000 hectares de forêt qui disparaissent chaque année dans le pays – et qui placent la Bolivie parmi les 10 pays qui déforestent le plus au monde - sont le fait des grands producteurs et de l’élevage.

    Alors le sort de l’Amazonie se joue en réalité politiquement, à La Paz, au siège du gouvernement, où ces jours-ci la vue est bouchée par un voile de fumée permanent … Fumée qui peut venir de très loin, certainement des feux dans l’Amazonie.  

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.