GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Trente-neuf corps ont été découverts dans un camion, dans la nuit de mardi à mercredi, à Grays, dans l'Essex, à l'est de Londres. Le chauffeur, originaire d'Irlande du Nord et âgé de 25 ans, a été arrêté pour meurtre, a annoncé mercredi matin la police britannique. Selon les premiers éléments de l'enquête, le camion venait de Bulgarie et était entré au Royaume-Uni le 19 octobre à Holyhead, port situé sur la côte ouest de l'Angleterre.

    Amériques

    Amazonie: le Brésil se ravise et se dit ouvert à l'offre d'entraide du G7

    media Le président brésilien Jair Boslonaro reproche à son homologue français de l'avoir traité de «menteur» sur ses engagements climatiques. CHARLES PLATIAU, MAURO PIMENTEL / AFP / POOL

    Le soutien proposé par le G7 pour lutter contre les incendies en Amazonie intéresse finalement Brasilia. L'État brésilien avait rejeté quelques heures plus tôt, sèchement, 20 millions de dollars d'aide débloqués d'urgence, conseillant au président français de s'occuper « de sa maison et de ses colonies ». Jair Bolsonaro, qui a multiplié les attaques personnelles contre les Macron cette semaine, a ensuite déclaré être prêt à discuter à condition que son homologue français retire ses « insultes ».

    Le porte-parole de la présidence brésilienne Otavio Rego Barrosa affirmé que son pays était finalement « ouvert » à l’aide financière proposée par le G7 pour lutter contre les incendies en Amazonie. La veille, un important ministre du gouvernement estimait encore que « ces fonds seraient peut-être plus utiles à reboiser l’Europe », rappelle notre correspondant à Sao Polo, Martin Bernard.

    Après plusieurs jours d’invectives, qui n'ont d'ailleurs pas épargné la première dame française Brigitte Macron, le Brésil adopte à présent une position plus pragmatique : d’accord pour recevoir de l’aide, mais pas question de toucher à la question de la « souveraineté » sur l’Amazonie, ni d’évoquer un quelconque « statut international » pour protéger la forêt, comme suggéré par M. Macron.

    La toute première réaction du chef de l'État avait été très musclée, c'était un rejet catégorique de la proposition d'entraide formulée par le G7 réuni en sommet à Biarritz. Mais Jair Bolsonaro lui-même avait mis un peu d'eau dans son vin quelques heures plus tard. « Ah bon, j'ai dit que je n'acceptais pas cette aide ? », avait lancé le président d'extrême droite à la presse mardi matin.

    Et de poser alors ses conditions : « D'abord, M. Macron doit retirer les insultes qu'il a proférées contre ma personne, avait exigé le chef de l'État brésilien. D'abord, il m'a traité de menteur et ensuite, d'après mes informations, il a dit que notre souveraineté sur l'Amazonie était une question ouverte. Avant de discuter et d'accepter quoi que ce soit de la France, il doit retirer ses paroles. »

    Le Brésil « ouvert » à l'aide internationale s'il en contrôle l'argent

    Jair Bolsonaro a manifestement fait de l'offre du G7 - des dizaines de millions de dollars pour combattre les flammes puis lancer la reforestation - une question de fierté personnelle. Une fierté mal placée, selon plusieurs gouverneurs des États amazoniens touchés par les incendies, reçus ce mardi par le président brésilien à Brasilia, et qui ont insisté sur la nécessité de recevoir des fonds extérieurs.

    Leur message : même si l’on n’est pas d’accord avec le président français, il faut bien admettre que nos caisses sont vides, et que nous pouvons difficilement refuser l’aide du G7. Certains ont même proposé de négocier directement avec la Norvège et l'Allemagne, deux pays qui ont bloqué leur financement pour la protection de l'Amazonie à cause de la politique de M. Bolsonaro.

    Après avoir dit « non merci » à l'offre lancée par les puissances industrielles du G7, le Brésil s’est donc ravisé vers un « oui, mais », voire un « oui » tout court. « Le point essentiel, a conditionné Otavio Rego Barros, c'est que cet argent, une fois entré au Brésil, n'aille pas à l'encontre de la souveraineté brésilienne et que la gestion des fonds soit sous notre responsabilité. »

    ► À lire également : Les passes d'armes entre MM. macron et Bolsonaro agitent la Toile au Brésil

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.