GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Incendies en Amazonie: «la pause écologique» d'Evo Morales ne convainc pas

    media Evo Morales s'est rendu sur les lieux d'un incendie pour lutter contre le feu à Santa Rosa en Bolivie le 27 août 2019. Courtesy of Bolivian Presidency/Handout via REUTERS

    L'état d'urgence vient d'être déclaré en Bolivie où, comme au Brésil, des millions d’hectares sont partis en fumée ces dernières semaines. Si l’on montre du doigt le très à droite Jair Bolsonaro, Evo Morales, le président bolivien, est également sous le feu des critiques.

    Avec notre correspondante à La Paz, Alice Campaignolle

    « Inconscient » et « orgueilleux » ce sont quelques-uns des qualificatifs qui ont été donnés à Evo Morales ces derniers jours. Pour les activistes environnementaux le président gère non seulement très mal les incendies en Amazonie, mais il serait lui-même à l’origine de cette catastrophe.

    En effet le gouvernement d’Evo Morales permet, depuis son arrivée au pouvoir il y a 13 ans, l’extension de la frontière agricole, grignotée en partie sur la forêt. Il autorise également les feux pour défricher, qui provoquent le désastre de ces dernières semaines.

    Un des pays qui déforestent le plus

    C’est simple, la Bolivie fait désormais partie des pays qui déforestent le plus au monde, avec environ 300 000 hectares l’an passé. Alors la « pause écologique » déclarée par Evo Morales, l’interdiction de la vente de terrains, n’a pas vraiment convaincu.

    Mercredi 28 août, le président a attisé encore plus la colère des écologistes en se félicitant lors d’un acte public du tout premier envoi de viande bovine en Chine. Or la majeure partie de la déforestation est due à l’élevage.

    Enfin, on reproche au premier mandataire d’utiliser politiquement ce désastre. On l’a vu mercredi sur place en combinaison aspergeant d’eau des zones affectées par les feux.

    ► À lire aussi : Pourquoi la forêt amazonienne brûle aussi en Bolivie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.