GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo
    Amériques

    Colombie: d'anciens chefs des FARC annoncent reprendre les armes

    media Image arrêtée d'une vidéo diffusée sur YouTube (www.farc-ep.info): on y voit Ivan Marquez et Jésus Santrich. capture écran

    Un coup dur pour le processus de paix en Colombie : d'anciens chefs rebelles des FARC ont repris les armes. Dans une vidéo publiée jeudi 29 août, l'ancien numéro 2 de la guérilla, Ivan Marquez, annonce une deuxième naissance des FARC, avec comme objectif de combattre l'oligarchie et la corruption.

    Les FARC sont morts, vive les Farcs ! À peine deux ans après leur dissolution suite aux accords de paix signés en septembre 2016 avec le gouvernement colombien, l'ancienne guérilla renaît de ses cendres. Une annonce faite par l'ex-numéro deux Ivan Marquez, sous le sigle d'origine des FARC. Il est apparu entouré d'une dizaine de combattants armés, dont deux femmes.

    « Nous annonçons au monde que la deuxième lutte des FARC a commencé, sous la protection du droit universel qui aide tous les peuples à prendre les armes contre l'oppression. C'est la suite de la guérilla en réponse à la trahison de l'État concernant les accords de paix de La Havane. L'État sera confronté à un nouveau mode opératoire de notre part. Nous répondrons uniquement en cas d'attaque. »

    Sur la vidéo apparaît également un autre ex-dirigeant des FARC, Jésus Santrich. Accusé de trafic de drogue, il s'était enfui il y a quelques mois.

    Ivan Marquez avait, lui aussi, pris ses distances par rapport au processus de paix. Dans la vidéo, il accuse le gouvernement de ne pas avoir tenu ses engagements. Ivan Marquez annonce également une alliance avec l'autre guérilla colombienne, l'ELN.

    Les ratés du processus de paix

    À lire aussi : Les Colombiens dans les rues contre des meurtres d’ex-FARC et de leaders sociaux

    L'objectif de cette nouvelle lutte armée, explique-t-il, est de combattre l'oligarchie et la corruption. L'ex-numéro 2 des FARC laisse entendre qu'il renonce à la prise d'otages. Pour l'instant, on ne connaît pas encore la taille de cette nouvelle guérilla. On sait seulement qu'environ 1 800 combattants dissidents sont restés dans le maquis.

    De nombreux observateurs du processus de paix et ONG commePaz y Reconciliacion avaient alerté sur les problèmes et insuffisances de sa mise en oeuvre et le risque d'une reprise du conflit.

    L’accord de paix n’est pas enterré, mais il vient de subir un nouveau coup dur. La scission des FARC est désormais officielle : d'un côté, ceux qui continuent de croire à la paix et qui sont la majorité, et de l'autre, ceux qui font le choix de rester ou de retourner dans le maquis.

    L'appel sera-t-il suivi ?

    Cette scission était prévisible puisqu’Ivan Marquez avait disparu depuis plus d’un an, rappelle notre correspondante à Bogota, Marie-Ève Detoeuf. Mais elle fait l’effet d’une douche froide. En Colombie, beaucoup, surtout à gauche, partagent le diagnostic de l'ancien numéro 2 de la guérilla : l’État colombien n’a pas tenu parole, il ne respecte pas ses engagements. Mais personne ne soutient la décision du retour à la guerre.

    Paradoxalement, Ivan Marquez fait le jeu de la droite dure, qui ne fait que dénoncer cet accord de paix. La question maintenant est de savoir si son appel va être suivi, en particulier par ces combattants aujourd’hui démobilisés et qui se sentent trahis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.