GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    [Reportage] Les migrants haïtiens des Bahamas ont tout perdu avec Dorian

    media Des hommes marchent dans les décombres après le passage dévastateur de l'ouragan Dorian aux Bahamas. REUTERS/Loren Elliott

    Les Bahamas sont une terre de transit pour de nombreux Haïtiens qui arrivent souvent par bateau illégalement dans l'archipel. Depuis plusieurs générations, ils se sont installés dans la capitale, Nassau, mais aussi sur Grand Bahama dans la ville de Freeport, et sur Abaco à March Habour, les deux îles les plus touchées par l'ouragan Dorian. A Nassau, RFI est allée à la rencontre de la communauté haïtienne.

    De notre envoyée spéciale à Nassau, Domitille Piron

    Karl Henri Chatelier est le premier secrétaire de l’ambassade d'Haïti à Nassau. « Nous n’avons pas vraiment un chiffre exact du nombre d’Haïtiens, on parle des fois de 15 000, on parle de 20 000, donc des fois le chiffre est très varié. Beaucoup d’entre eux vivent dans la clandestinité. »

    Une délégation de l’ambassade d'Haïti et le premier secrétaire se sont rendus à Abaco ce vendredi pour constater les ravages causés par l’ouragan. « Il faut dire que tout a été endommagé là-bas, dans le lieu où se trouve une forte concentration de Haïtiens, particulièrement à Pigeon Pea et The Mudd, de grands bidonvilles qui n’existent plus à Abaco, elles ont été complètement détruites par l’ouragan. Il y a beaucoup de Haïtiens qui y vivent mais bon nombre d’entre eux n’ont pas pu se retirer à temps. Vous pouvez comprendre la réalité.»

    On peut comprendre la réalité, mais il est difficile à ce stade de savoir qui et combien sont les victimes de l’ouragan. Dans un quartier de Nassau, à l’église haïtienne du Calvaire, 90 rescapés d’Abaco sont hébergés parmi eux, une jeune femme seule et inquiète, elle habitait le quartier de Mudd. « Nous sommes sans abris, nous n’avons nulle part où aller, nous avons tout perdu, j’ai perdu mon oncle, ma sœur, ma nièce, et nous n’avons nulle part où aller, nous sommes dépendants de l’Eglise, mais je ne sais pas pour combien de temps ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.