GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    États-Unis: Trump limoge son conseiller à la sécurité nationale John Bolton

    media Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, à Londres, le 12 août 2019. REUTERS/Peter Nicholls

    Entre les deux hommes, les sujets de désaccord ne manquaient pas. Et finalement Donald Trump a décidé de s'en séparer, l'annonçant, fidèle à son habitude, dans un tweet : « J’ai informé John Bolton que nous n'avions plus besoin de ses services à la Maison Blanche ». C'est le 3e conseiller à la sécurité nationale à être limogé en seulement deux ans et demi.

    Avec notre correspondant à San Francisco,  Éric de Salve

    Un limogeage de plus façon Trump : soudain, violent et spectaculaire. « J’étais en désaccord avec lui sur nombre de sujets », précise le président américain. Alors que John Bolton, lui, présente une version différente, laissant entendre que ce serait plutôt lui qui aurait démissionné.

    Cet énième départ renforce en tout cas l’impression de chaos au sommet de l’administration Trump, dans un climat diplomatique tendu et incertain.

    Depuis plusieurs semaines, Washington envoie des signaux contradictoires, en particulier sur le dossier iranien, entre fermeté et volonté de discussion. Le départ de Bolton intervient aussi 48 heures après l’annulation d’une rencontre secrète avec les talibans.

    Autant de sujets sur lesquels Donald Trump était en désaccord avec son conseiller à la sécurité nationale, par ailleurs hostile à sa politique de la main tendue envers le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

    Bombarder d'abord, discuter ensuite

    Pour ses ennemis, John Bolton un fou furieux. Un nationaliste amoureux de l'Amérique qui n'a qu'une idée en tête : restaurer la grandeur des États-Unis par tous les moyens, y compris la force armée. Sa méthode est simple : il faut éliminer les États voyous qui pourraient menacer Washington.

    John Bolton plaide depuis des années pour des frappes militaires préventives sur le Venezuela ou la Corée du Nord. On bombarde d'abord, on discute ensuite. Comme en 2003, lorsque George Bush Junior enclenche la guerre en Irak. À l'époque, Bolton est déjà à la Maison Blanche. Il rêve de faire tomber Saddam Hussein, même s'il faut inventer des armes de destruction massive qui n'existent pas.

    Trop belliciste pour Trump

    Demandez-lui comment il se voit : « Je suis pro-Américain », dit-il. Nous sommes la seule chance du monde libre. Et il n'y a qu'une stratégie : défendre nos intérêts coûte que coûte ». Les institutions internationales, l'ONU, la CPI, l'Europe, les traités multilatéraux, l'accord sur le nucléaire iranien, la levée de l'embargo à Cuba... Pour lui, c'est ce qu'il y a de pire. Ultra-conservateur, réactionnaire, belliciste : carte de visite trop radicale pour Donald Trump, qui s'en sépare au bout d'à peine un an et demi.

    Le départ de John Bolton offre de nouvelles opportunités, commente donc sur Twitter le président d’International Crisis Group. « Espérons, dit-il, que le président les saisira. »

    ► Analyse

    Faut-il parler de la fin d'un cycle diplomatique à Washington ? Réponse avec le chercheur Corentin Sellin, spécialiste des États-Unis.

    Est-ce qu’il y aura une inflexion? Non, on serait plutôt tenté de dire qu’on va continuer dans cette inconstance, dans cette imprévisibilité de la politique étrangère et de défense sous Donald Trump qui est de plus en plus liée aux impulsions d’un président insaisissable…

    Corentin Sellin, spécialiste des États-Unis 10/09/2019 - par Vincent Souriau Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.