GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Haïti: grève générale suite à la pénurie de carburant

    media Des manifestants demandent à des motards de faire demi-tour dans une rue bloquée durant la grève, à Port-au-Prince, en Haïti, le 16 septembre 2019. REUTERS/Andres Martinez

    En Haïti, les activités ont été paralysées ce lundi 16 septembre par un mouvement de grève générale lancé sur les réseaux sociaux. Le ras-le-bol de la population a principalement été provoqué par la pénurie de carburants qui entre dans sa 4e semaine. Dans les principales villes du pays et la capitale Port-au-Prince, la majorité des commerces et écoles ont gardé portes closes.

    De notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Aux heures où, d’ordinaire, les embouteillages sont les plus denses dans la capitale, lundi 16 septembre, au matin, les rues étaient vides de toutes voitures. Seules quelques motos ont circulé, parfois bloquées par des barricades enflammées.

    Mathurin Gédéon est chauffeur de « tap tap » mais son réservoir est à sec. Depuis une semaine, il vient chaque matin à cette station essence dans l’espoir qu’il pourra remplir son gallon jaune, l’objet devenu symbole de la crise.

    « On a été obligés de se battre dans les dernières stations qui distribuaient de l'essence : tous ces coups de gallons qu'on s'est donnés les uns les autres… Quand une station ouvrait, n’importe qui pouvait être victime. On n’en peut plus donc on observe une journée de grève pour que le gouvernement puisse se pencher sur la situation, mais comme c’est un gouvernement muet, il ne dit rien », constate-t-il.

    « C’est la misère totale »

    Ce dernier poursuit : « C’est la misère totale, on n’a plus rien pour vivre. Au marché noir, l’essence est vendue 3 ou 4 fois le prix normal. Nous les taxis voitures on ne peut pas fonctionner à ce tarif : les chauffeurs de motos eux peuvent répercuter ça sur leurs courses, mais nous, les camionnettes on peut pas. »

    Confiant, le gouvernement annonce l’arrivée de quatre cargaisons d’ici la fin du mois mais les usagers émettent des doutes quant à ces futurs approvisionnements, et les compagnies qui distribuent ces carburants craignent que cela soit insuffisant vu les mauvaises habitudes de surconsommation et de stockage prises par certains clients.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.