GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pérou: première condamnation pour harcèlement sexuel dans le pays

    media Une femme manifestant dans le centre-ville de Lima contre les violences faites aux femmes, le 12 août 2017 (photo d'illustration). CRIS BOURONCLE / AFP

    Pour la première fois de l’histoire judiciaire du Pérou, un homme a été condamné à de la prison ferme dans un cas de harcèlement sexuel. Une décision attendue dans un pays encore très machiste où le harcèlement sexuel n’est un délit que depuis un an. Présentation de ce cas destiné à rentrer dans les libres d’histoire.

    Avec notre correspondant régional à Quito,  Éric Samson

    C’est le 12 septembre 2018 que le harcèlement sexuel est devenu un délit passible de 3 à 5 ans de prison au Pérou. C’est exactement un an plus tard qu’Alex Alvarez a été condamné à 4 ans et 8 mois de prison ferme assortis d’une amende de quelque 1300 euros. Âgé de 20 ans, le jeune homme a été condamné pour des faits remontant à septembre 2018 dans le district de Comas, dans la capitale.

    À l’époque, Alex Alvarez avait essayé de forcer une jeune fille de 16 ans à reprendre une relation sentimentale qui avait commencé deux ans plus tôt alors que les deux étaient mineurs. Face au refus de la jeune fille, Alex Alvarez l’avait menacée de mort, elle et sa famille. Il avait essayé de la persuader en menaçant de montrer une photo intime à sa mère, à ses amis de classe et à ses professeurs.

    Sa victime, traumatisée, avait alors abandonné l’école face à des menaces de mort d’autant plus faciles à prouver qu’elles étaient enregistrées sur son portable. Outre une interdiction à vie de travailler dans un centre éducatif, Alex Alvarez devra rester éloigné de sa victime et de sa famille pendant dix ans. Une précaution qui n’est pas inutile car le jeune homme a été condamné en son absence et qu’il est actuellement en fuite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.