GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
    Amériques

    Crise argentine: dette de 100 milliards d'euros, le FMI au banc des accusés

    media Distribution de repas gratuits aux manifestants, aux sans-abri et aux chômeurs lors d'une manifestation du 1er mai contre Mauricio Macri à Buenos Aires, le 1er mai 2019. REUTERS/Agustin Marcarian

    Les Argentins se sont remis au troc et aux soupes populaires, une loi sur l'urgence alimentaire est à l'examen. Depuis des mois, les Argentins traversent une terrible crise économique. Le pays est en récession, surtout il est endetté : il doit près de 100 milliards d'euros, dont plus de la moitié au Fonds monétaire international. Une situation qui rappelle la crise monumentale du début des années 2000. Comment expliquer cet engrenage et cette répétition de l'histoire ?

    La crise couvait depuis des mois, et elle s'est accélérée cet été, lorsque l'Argentine a demandé fin août au FMI de rééchelonner sa dette, c'est-à-dire de lui donner plus de temps et plus de facilités pour l'honorer. Une demande qui a en quelque sorte officialisé ce que les marchés redoutaient déjà : l'incapacité de l'Argentine à rembourser ses dettes, à commencer par une ardoise de 57 milliards d'euros correspondant au prêt accordé un an plus tôt par le FMI. Le prêt le plus important de toute l'histoire de l'institution.

    Aujourd'hui, l'échec de ce prêt est patent. Le Nobel de l'économie Paul Krugman dénonce un « manque de discernement ». Christine Lagarde, présidente du FMI à l'époque, reconnaît plus sobrement avoir « sous-estimé » le cas argentin. Au printemps 2018, le FMI essaie pourtant d'aider l'Argentine à retrouver la confiance des investisseurs, qu'elle a perdue depuis la crise du début des années 2000. « L'Argentine veut alors revenir au marché des capitaux internationaux, rappelle Gabriel Gimenez-Roche, professeur d'économie à l'école de commerce Neoma et spécialiste de l'Argentine, elle veut avoir accès aux créanciers, et pour cela elle s'est engagée à rembourser les dettes qu'elle avait contractées avant même la crise de 2001. Le FMI récompense donc l'Argentine avec ce prêt. C'est osé, reconnaît l'économiste, mais il était difficile d'obtenir autrement des devises pour respecter ses obligations. »

    « Vieilles recettes qui ne fonctionnent pas »

    En échange de ce prêt, le FMI impose à l'Argentine des mesures d'austérité très douloureuses. Pour tenter d'équilibrer ses finances, le gouvernement coupe les subventions dans l'énergie, l'eau, les transports. Résultat : les prix atteignent des sommets, la population -plus de 30% de pauvres- ne peut plus rien se payer. Un scénario que l'Argentine avait déjà connu lors de la crise du début des années 2000 : mêmes ingrédients (dette et inflation), mêmes acteurs, à commencer par le FMI, et mêmes erreurs... En fait d'erreurs, Jean-François Ponsot parle carrément d'un « retour en arrière », d'une « régression » de la part du FMI.

    « Ces derniers temps, on a l'impression d'un retour au vieux dogme néolibéral, aux vieilles recettes, explique ce spécialiste des questions monétaires et financières à l'Université de Grenoble, qui n'épargne pas l'institution de Bretton Woods. On met en place des programmes d'ajustement structurels qui sont très anciens dans leur conception, comme dans les années 80-90. On sait que ça ne fonctionne pas mais on les met quand même en place. On voit donc à nouveau, avec le cas argentin, que cela ne fonctionne pas. »

    Responsabilités partagées

    Le FMI n'a pas appliqué les bonnes recettes. A posteriori, difficile de ne pas le constater. Mais l'Argentine est un pays souverain, et le président Macri a fait ses propres choix politiques, en menant une politique néolibérale dite « gradualiste », que l'économiste Jean-François Ponsot assimile à un « échec total » « Macri voulait réduire la dette publique, analyse-t-il, elle a finalement augmenté ; entre son élection et aujourd'hui, la dette extérieure est passée de 52 à 89% du PIB ; l'inflation est repartie à la hausse, elle atteint aujourd'hui plus de 50%. Sur la politique du taux de change, c'est-à-dire le rapport du peso argentin et des devises internationales, là aussi il a échoué ! Lorsqu'il est arrivé au pouvoir, il s'est enorgueilli de mettre fin au contrôle des changes, mais la mesure qu'il a été obligé de prendre récemment, c'est justement de rétablir ce contrôle des changes ! »

    El presidente argentino Mauricio Macri en Buenos Aires, este 11 de agosto de 2019. REUTERS/Luisa González

    L'économie argentine est structurellement très dépendante du cours des matières premières - soja et viande notamment. Elle est aussi très exposée à la valeur du dollar. Lorsqu'il arrive au pouvoir, en 2015, le président Macri hérite donc d'une Argentine déjà endettée.

    Le problème, selon l'économiste Gabriel Gimenez-Roche, c'est justement qu'il a évité le problème : « Ce qu'il fallait, c'était arrêter les deficits. Pour cela, soit on augmente les impôts, soit on diminue les dépenses : Macri n'a choisi ni l'un ni l'autre. Il a ouvert les marchés et s'est engagé auprès des créanciers internationaux, sans atteindre l'équilibre budgétaire. Évidemment, les investisseurs ne font pas encore confiance à l'Argentine, donc la pluie de dollars promise à ses électeurs n'est jamais arrivée. Par contre, le déficit est toujours là, et il s'est creusé. »

    Présidentielle à venir

    Au début des années 2000, des centaines de milliers d'Argentins étaient descendus dans les rues pour protester contre le FMI. Il y avait même eu des morts. Aujourd'hui, le gouvernement tente de limiter la colère populaire et surtout de gagner du temps, jusqu'à la prochaine élection présidentielle. Ce sera le 27 octobre, et le favori n'est pas le libéral Mauricio Macri mais Alberto Fernandez. Un péroniste perçu par ses futurs interlocuteurs du FMI au pire comme un populiste, au mieux comme un dangereux gauchiste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.