GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La Californie ratifie la loi faisant des chauffeurs Uber et Lyft des salariés

    media Uber et Lyft seront obligés de salarier leurs chauffeur californiens à partir du 1er janvier 2020. REUTERS/Lucy Nicholson

    La Californie a ratifié ce mercredi 18 septembre la loi faisant des chauffeurs de VTC des salariés. Cette loi pourrait transformer en profondeur l’économie du partage qui repose sur des travailleurs indépendants utilisant une simple application comme Uber ou Lyft.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salves

    La loi AB5 avait été votée la semaine dernière par le Sénat californien. Ce mercredi le gouverneur favorable à cette législation depuis le départ l’a donc ratifiée. Cette loi risque fort de révolutionner toute l’économie dite uberisée et c’est bien ce qui inquiète les géants du VTC qui promettent déjà de tout faire pour ne pas l’appliquer.

    D’autant que ce coup sévère, comme un symbole, est venu de la Californie, le cœur mondial de la Tech Industry où sont nées ces nouvelles formes de travail et où sont basés Lyft et Uber. « La Californie établi ainsi de nouvelles normes de protections des travailleurs pour que d’autres états et pays suivent son exemple » explique son gouverneur démocrate Gavin Newson en ratifiant cette légalisation votée par le Sénat local la semaine dernière.

    Un modèle économique remis en question

    Dès le 1er janvier prochain, les géants du VTC seront donc obligés de requalifier en salariés tous leurs chauffeurs californiens. Cette requalification leur permet d’accéder à des droits basiques nouveaux, comme le salaire minimum, le temps de travail légal, le droit au chômage et surtout une couverture maladie.

    Au total en Californie, un million de travailleurs indépendants précaires vont bénéficier de cette nouvelle loi que Lyft et Uber ont tout fait pour bloquer depuis un an. Les deux géants qui viennent d’entrer en bourse ne baissent pas encore les armes. Selon eux, l’attente et le prix des courses risquent d’augmenter fortement. Les deux firmes projettent maintenant de dépenser 30 millions de dollars pour organiser un referendum populaire contre cette vaste réforme de leur modèle économique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.