GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Services secrets: Trump dément toute «gaffe» auprès d'un dirigeant étranger

    media Donald Trump à la Maison Blanche le 5 septembre 2019 (image d'illustration). REUTERS / Joshua Roberts

    Un échange mystérieux entre Donald Trump et un haut dirigeant étranger est au cœur d’un nouvel affrontement entre le Congrès et l’exécutif américain. Un haut responsable du renseignement américain était appelé à témoigner ce jeudi devant la commission du renseignement de la Chambre des représentants. Il était convoqué au sujet d’un signalement officiel fait au sein de ses services par un lanceur d’alerte, inquiet de l’attitude du président. Mais l’audition a tourné court...

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    Le lanceur d’alerte, membre des services de renseignements, a prévenu sa hiérarchie en août dernier : il jugeait inquiétante une promesse que Donald Trump aurait faite lors d’une conversation avec un dirigeant étranger. La plainte a été jugée suffisamment sérieuse pour que l’inspecteur général des services la qualifie d’urgente. Une classification qui normalement impose qu’elle soit communiquée au Congrès.

    Mais le directeur des renseignements s’y est opposé. Convoqué par la commission du renseignement, l’inspecteur n’a rien pu dire, muselé par le ministère de la Justice. « Nous savons que le département de la Justice a été impliqué dans la décision de ne pas informer le Congrès. Nous ne savons pas si la Maison Blanche est aussi impliquée dans cette volonté de ne pas informer le Congrès. Nous ne connaissons pas le contenu de la plainte. Mais ce que je sais, c’est que s’il est possible d’étouffer une telle plainte ou de la cacher au Congrès, alors ce système est en ruine », a déclaré Adam Schiff, représentant démocrate et président de la commission.

    « Peut-on être assez stupide pour croire que je dirais quelque chose de regrettable à un dirigeant étranger ? » s’est interrogé Donald Trump sur Twitter avant de dénoncer un harcèlement présidentiel. Selon le New York Times, ce n’est en fait pas une conversation, mais plusieurs incidents qui ont inquiété les services de renseignements.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.