GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    • La Turquie va mettre fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes, annonce Mike Pence
    • L'invitation de Trump à Erdogan suspendue aux discussions en cours à Ankara (Maison Blanche)
    • Cuba: décès de la danseuse et chorégraphe cubaine Alicia Alonso à 98 ans (ballet)
    • Le prochain G7 aura lieu dans un club de golf de Donald Trump en Floride (Maison Blanche)
    Amériques

    À la Une: la grève des jeunes pour le climat

    media Manifestation pour le climat à Sydney, le 20 septembre 2019. REUTERS/Cordelia

    Ce vendredi donne le coup d’envoi de deux semaines d’action pour le climat, avec entre autres ce lundi un sommet spécial à l’ONU avec une centaine de chefs d’État et de gouvernement. En attendant, aujourd’hui, ce sont les jeunes qui dans le monde entier font la « grève de l’école » : de Sidney en Australie à Sao Paulo au Brésil, en passant par New York aux États-Unis, où un défilé géant est prévu. Mais, rappelle le Houston Chronicles, des jeunes se rassembleront aussi sur les marches de la mairie de Houston, à midi heure locale. Alors pourquoi les jeunes se mobilisent-ils ? Le journal texan explique que « selon un récent sondage les jeunes Américains croient que le changement climatique est véritablement dû à l’homme, ils sont en colère et ont peur – mais contrairement aux adultes paralysés par cette menace écrasante, ils agissent : un sur quatre est déjà allé à une manifestation, a fait grève ou a écrit à un responsable. » Et le quotidien d’encourager les adultes à rejoindre les jeunes de Houston, d’autant que la ville est la « capitale énergétique du monde » : elle abrite des « compagnies de pétrole et de gaz qui produisent ces carburants contribuant au réchauffement climatique ».

    Le journal équatorien El Comercio a de son côté choisi de donner la parole à la jeune Alexandria Villaseñor. Cette Américaine d’origine mexicaine de 14 ans manifeste depuis des mois, chaque vendredi, devant le siège des Nations unies à New York, et elle affirme qu’« on peut provoquer une prise de conscience en une seule action ». Elle participera à la prochaine réunion de l’ONU sur le climat aux côtés de Greta Thunberg. « Greta Thunberg, le visage qui manquait à la lutte contre le changement climatique », s’exclame le journal péruvien El Comercio. Il note que, certes, l’ancien vice-président américain Al Gore a fait « un travail extraordinaire en appelant les dirigeants du monde entier à ne pas rester indifférents devant la catastrophe environnementale », mais, « allons », soupire l’auteure Patricia del Río, « il était né au 20e siècle, il faisait partie de la classe politique traditionnelle »… Par contre quand Greta Thunberg est allée seule devant le parlement suédois, « nous avons immédiatement ressenti cette culpabilité que seul peut te faire ressentir un enfant dont tu détruis le présent ». L’éditorial s’intitule « la jeune fille et la tique », ce petit insecte irritant…

    À lire : La jeunesse mondiale se mobilise pour le climat

    En Argentine, le prix des médicaments a augmenté de 85%

    Dans une Argentine en pleine récession, le Parlement a approuvé, il y a deux jours une loi d'« urgence alimentaire », pour allouer des fonds supplémentaires aux programmes sociaux en faveur des plus démunis.

    Clarin consacre un long article aux médicaments, dont « le prix a grimpé de 85% en un an » - pour les consommateurs, c’est le poste de dépense qui a le plus augmenté. Avec des écarts entre la capitale et sa région, Gran Buenos Aires, et l’intérieur du pays : plus 90% dans le Noroeste, plus 97,1% en Patagonie… Le quotidien note que pour les laboratoires pharmaceutiques « c’est la dévaluation qui a tiré les prix vers le haut ». Et « les négociations pour un gel de ces prix sont dans l’impasse… ».

    Página12 révèle de son côté que le niveau de chômage a atteint son niveau le plus haut en 14 ans : « Il y a deux millions de personnes sans travail dans le pays », se désole le quotidien, « un Argentin sur dix n’a pas d’emploi (…) et les perspectives sont encore pire pour la fin de l’année ». Les femmes entre 14 et 29 ans sont les plus touchées.

    Alors pourquoi cette hausse record ? Página12 explique qu’à cause de la chute du pouvoir d’achat et la destruction des emplois, « des milliers de personnes qui douze mois avant ne cherchaient pas d’emplois ont été forcées de le faire pour amoindrir l’impact de la crise sur les finances familiales ». Beaucoup ont accepté un travail précaire, mais « la capacité d’une économie en chute libre à absorber ce genre d’emplois est limitée » souligne le journal, « et trouver un emploi prend beaucoup plus de temps aujourd’hui qu’il y a un an ».

    À lire : Face à la crise, la débrouille des Argentins pour manger

    Aux États-Unis, pression du ministère de l’Éducation sur deux universités

    « Selon l’administration Trump, l’université Duke et l’Université de Caroline du Nord dépeignent l’Islam de manière trop positive », titre le quotidien The Hill. C’est leur programme conjoint d’études orientales qui pose problème. Dans une lettre, le ministère de l’Éducation affirme que « la compréhension des aspects positifs de l’islam (y) est considérablement mise en avant, alors que ce n’est absolument pas le cas pour les aspects positifs du christianisme, du judaïsme ou quelle qu’autre religion que ce soit dans la région ». Le ministère demande qu’un programme révisé soit présenté d’ici le 22 septembre, dans le cas contraire la subvention qu’il perçoit depuis des années lui sera retirée. Le New York Times note que ce genre d’intervention du gouvernement américain dans un programme d’université est très rare.

    Un de ses porte-parole précise The Hill que « l’enquête qui a été menée n’a rien à voir avec un éventuel biais islamique du programme, nous nous sommes concentrés sur le manque de diversité et l’apprentissage d’une langue étrangère. » Le New York Times a de son côté interrogé Zoha Khalili, avocate dans un des groupes de défense des droits des Palestiniens qui dénoncent une « intimidation ». Pour elle le ministère « envoie un message » aux programmes consacrés aux Moyen-Orient : « si vous voulez critiquer Israël, le gouvernement fédéral va étudier votre cas de très près et prendre en main votre programme jusqu’à ce qu’il disparaisse ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.