GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les États-Unis et le Salvador signent un accord critiqué sur l'asile

    media Une caravane de migrants ayant quitté le Salvador marche vers les Etats-Unis, le 31 octobre 2018 (image d'illustration). REUTERS/Jose Cabezas

    Aux États-Unis, l’administration Trump a annoncé un accord avec le Salvador sur l'épineux dossier migratoire. A l'avenir, les autorités américaines pourront renvoyer les demandeurs d'asile, qui se trouvent à la frontière américano-mexicaine, au Salvador. Cet accord est le dernier d'une série de mesures dissuasives prises par l'administration Trump pour restreindre l'afflux de migrants qui traverse l'Amérique Centrale pour demander la protection des États-Unis. Et il suscite d'ores et déjà de vives critiques.

    Dorénavant, les migrants qui attendent à la frontière américano-mexicaine pourront être renvoyés au Salvador. Ils seront alors obligés de faire une demande d'asile dans ce pays centre-américain qui compte parmi les plus violents du monde. Tel est le cœur de l'accord signé en cette fin de semaine à Washington.

    L'objectif de l'administration Trump est clair : faire du Salvador et plus globalement de l'Amérique Centrale une vaste zone de rétention de migrants. L'ONG Refugees International fustige une stratégie « cynique et absurde ». Un avis partagé par José Miguel Cruz, directeur du centre d'études latino-américaines à l'Université de Floride.

    « Je crois qu'à moyen et à long terme, cet accord sera très préjudiciable pour le Salvador et pour l'Amérique Centrale en général, analyse-t-il. Parce que la majorité des personnes qui veulent migrer ne partent pas pour des raisons économiques, mais à cause de l'insécurité. Et actuellement les pays d'Amérique Centrale, parmi lesquels le Salvador, ne peuvent même pas garantir la sécurité de leurs propres habitants. »

    Le gouvernement salvadorien espère obtenir en échange des aides financières américaines. Le nouveau président Nayib Bukele a aussi mis dans la balance les plus de 200 000 Salvadoriens menacés d'expulsion aux États-Unis. Mais ni leur sort ni l'enveloppe financière américaine au bénéfice du Salvador n'ont été évoqués lors de la signature de l'accord.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.