GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Boris Johnson accuse l’Iran d’être derrière les attaques en Arabie saoudite

    media A l'image des États-Unis, le Premier ministre britannique Boris Johnson a attribué les attaques contre l'Arabie saoudite à l'Iran (image d'illustration). Erin Schaff/Pool

    Le Premier ministre britannique a attribué lundi les attaques contre des installations pétrolières saoudiennes à Téhéran alors qu'il doit rencontre Hassan Rohani à New York.

    La rencontre entre Hassan Rohani et Boris Johnson, prévu lors de l’Assemblée générale de l’ONU, promet d’être tendue. À bord de l’avion l’emmenant à New York, le Premier ministre britannique a, à son tour, pointé du doigt Téhéran dans les dernières attaques en Arabie saoudite, selon l’agence de presse britannique Press Association : « Je peux vous dire que le Royaume-Uni attribue à l'Iran avec un très haut degré de probabilité les attaques d'Aramco », le géant pétrolier saoudien qui gère le site.

    Bien que revendiquées par les rebelles houthis yéménites, ces deux attaques du 14 septembre ont déjà été attribuées par Washington à l’Iran, qui nie toute responsabilité.

    Londres veut participer à construire une « réponse internationale »

    « La difficulté est de savoir comment organiser une réponse internationale », a également déclaré le chef du gouvernement, ajoutant : « Nous allons travailler avec nos amis américains et nos amis européens pour construire une réponse qui tente de réduire les tensions dans la région du Golfe. »

    Boris Johnson a dit ne pas exclure de « jouer un rôle » dans ce dossier, « si les Saoudiens ou les Américains nous (le) demandent ».

    Le cas de Nazanin Zaghari-Ratcliffe abordé

    Lors de sa rencontre avec le président iranien, le Premier ministre britannique abordera aussi le cas de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, cette employée irano-britannique de la fondation Reuters arrêtée en 2016 et condamnée à cinq ans de prison pour participation à des manifestations contre le régime en 2009. Des accusations qu'elle nie.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.