GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Parti socialiste (PSOE) du président du gouvernement espagnol sortant Pedro Sanchez et la formation de gauche radicale Podemos ont scellé un accord de principe pour former un gouvernement de coalition, ont annoncé ce mardi 12 novembre MM. Sanchez et Pablo Iglesias, chef de Podemos, lors d'une conférence de presse. Ces deux formations, qui ont déjà échoué à s'entendre à plusieurs reprises, auront toutefois besoin de l'appui d'autres forces pour une investiture par la chambre basse, à l'issue des législatives de dimanche 10 novembre.

    Amériques

    À la Une: La présidence de Donald Trump menacée

    media Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et Donald Trump, président des États-Unis, lors d'un meeting bilatéral en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York, le 25 Septembre 2019. ©REUTERS/Jonathan Ernst

    La presse américaine s’en donne à cœur joie après la diffusion de la transcription de la conversation entre Donald Trump et le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy. Une discussion au cours de laquelle le président américain aurait demandé à son homologue ukrainien d’enquêter sur son rival démocrate Joe Biden. « La transcription de la conversation entre Trump et Zelenskiy est une mise en accusation dévastatrice pour le président », titre ce matin l’éditorialiste du Washington Post. Le quotidien détaille le contenu de cette discussion. La demande explicite de Donald Trump pour que les autorités ukrainiennes relancent une enquête sur Joe Biden et son fils Hunter. L’aide que propose Donald Trump en suggérant au président ukrainien qu’il appelle son avocat personnel Rudolph Giuliani et le ministre de la Justice William Barr.

    Et le meilleur reste à venir, selon le Washington Post. C’est en tout cas ce qu’espère le quotidien puisqu’une audition est prévue aujourd’hui avec le chef des renseignements américains. Une audition qui devrait permettre d’en connaître plus, selon le quotidien. Cette conversation démontre en tout cas que Donald Trump a bien exercé une forme de pression sur le président ukrainien pour qu’il intervienne dans l’élection de 2020. L’intégrité de la démocratie américaine dépend désormais de la réponse qu’apporteront le Congrès et la nation américaine, conclut le quotidien.

    À réécouter aussi : Procédure d'impeachment contre Trump: «une démarche dangereuse pour les démocrates»

    Un avis que ne partage pas tout le monde aux États-Unis. C’est le cas notamment de la base électorale de Donald Trump qui reste unie derrière son président. Le candidat Trump d’ailleurs a levé des fonds pour un montant record en vingt-quatre heures, détaille le Washington Times. Dans les pages du New York Post de ce jeudi, Michael Goodwin, commentateur sur Fox News, explique que si Nancy Pelosi, la cheffe de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, avait lu la retranscription avant d’invoquer une procédure de destitution, elle se serait retenue de le faire. Une discussion qui n’a rien de reprochable selon lui et au cours de laquelle aucune pression n’a été exercée. Une chose est sûre, cette affaire va encore plus diviser une Amérique qui ressemble de plus en plus à une cocotte-minute.

    Techniquement où en est-on dans cette procédure de destitution ? Comme le détaille le New York Times, les démocrates ne veulent pas se précipiter et comptent compiler suffisamment d’éléments compromettant pour ensuite procéder au vote sur l’ouverture de la procédure de destitution. C’est en tout cas ce qu’aurait laissé entendre ce mercredi Nancy Pelosi. Mais la vitesse à laquelle évolue cette affaire pourrait bien précipiter les choses. Pour l’instant, les démocrates disposent d’une très courte majorité pour valider cette procédure avec 218 voix pour, contre 217. La marge de manœuvre, comme l’explique le New York Times, est donc très restreinte pour l’instant.

    Les dirigeants vénézuéliens rendent visite à leurs alliés

    Les deux hommes forts du régime vénézuélien sont actuellement en déplacement. Le président Nicolás Maduro est en visite officielle en Russie, alors que Diosdado Cabello, le numéro deux du régime, s’est rendu en Corée du Nord, autre allié du Venezuela.

    Très peu d’information circule concernant la visite de Nicolás Maduro en Russie. Selon Ultimas Noticias, quotidien proche du pouvoir, le président vénézuélien aurait rencontré ce mercredi son homologue russe Vladimir Poutine. Une rencontre qualifiée de positive et durant laquelle les accords de coopération entre ces deux pays pour les deux années à venir auraient été confirmés.

    Pendant ce temps, Diosdado Cabello est en Corée du Nord, à la tête d’une « délégation de haut rang » comme l’explique le quotidien floridien El Nuevo Herald. Le dirigeant vénézuélien aurait rencontré le leader nord-coréen Kim Jung-un, à qui il aurait remis une lettre de Nicolás Maduro, ainsi qu’un cadeau, une réplique en or du sabre de Simón Bolívar. Une visite qui doit permettre de renforcer l’amitié et la coopération entre ces deux pays, selon Diosdado Cabello. L’occasion peut-être aussi de découvrir comment la Corée du Nord fait pour contourner les sanctions américaines auxquelles est également soumis le Venezuela, selon El Nuevo Herald.

    La Colombie détient des preuves de la présence de terroristes au Venezuela

    Le président colombien Iván Duque a annoncé ce mercredi qu’il allait présenter des preuves des connivences entre le régime de Nicolás Maduro, le narcotrafic et des groupes terroristes. Une annonce effectuée alors qu’il était à la tribune des Nations unies, à l’occasion de la 74e Assemblée générale. Il compte remettre au président de l’Assemblée et au secrétaire général des Nations unies les fameuses preuves, concrètement 128 pages de documents, selon El Tiempo. Notamment des preuves de la présence au Venezuela de vingt chefs ex-guérilleros. Mais aussi la position géographique de plus de 1 400 combattants de la guérilla de l’ELN, vingt pistes d’atterrissage, et 207 zones de regroupement. Une présence dénoncée depuis des mois par les autorités colombiennes et l’opposition vénézuélienne, mais qui n’a jamais pu être prouvée jusqu’à présent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.