GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    À la Une: Donald Trump appelle la Chine à enquêter sur la famille Biden

    media Donald Trump a appelé la Chine à enquêter sur Joe Biden et son fils Hunter. REUTERS/Jonathan Ernst

    Une information fait la Une de toute la presse américaine. Ce jeudi 3 octobre Donald Trump a appelé la Chine à enquêter sur Joe Biden et son fils Hunter. Un appel lancé depuis la Maison Blanche, devant un parterre de caméras et juste avant que le président américain ne monte dans un hélicoptère. Un appel qui ne pouvait pas être plus explicite : « La Chine devrait lancer une enquête sur les Biden. Parce que ce qui s’est passé en Chine est aussi grave que ce qui est arrivé en Ukraine ». Une sortie condamnée par la presse. « Trump, un président qui s’auto-destitue » titre ce matin l’éditorialiste du New York Times ou encore « Un président qui bafoue publiquement son serment », titre le Washington Post. Donald Trump n’a plus peur de rien, estime le quotidien de la capitale.

    Désormais il réclame de l’aide étrangère devant les caméras. Et le Washington Post de rappeler que la Chine est un des plus importants adversaires des États-Unis, un régime dictatorial, qui ne respecte pas l’état de droit. C’est tout simplement hallucinant qu’un président n’ait pas conscience qu’en tenant de tels propos, il bafoue le serment présidentiel et ses engagements vis-à-vis de ses concitoyens, estime le quotidien. Le New York Times est plus direct et explique que selon la loi fédérale il est illégal pour « une personne de solliciter, d’accepter ou de recevoir » quelque chose de valeur de la part d’un ressortissant étranger qui soit lié à une élection aux États-Unis.

    Le San Francisco Chronicle rappelle que ce n’est pas la première fois qu’il agit de la sorte. En 2016, lors de la campagne électorale, Donald Trump avait déjà appelé la Russie à fournir des informations sur sa rivale Hillary Clinton. Mais désormais les choses ont changé. Donald Trump est président, il bafoue les règles et donne des munitions au parti démocrate qui prépare sa mise en accusation dans le cadre de la procédure de destitution.

    Andrew Scheer, le candidat conservateur canadien, dans la tourmente

    Au lendemain du premier débat électoral au cours duquel Andrew Scheer avait fait bonne figure selon les enquêtes, Le Devoir révèle que le candidat conservateur est bien contre l’avortement. « Finalement Scheer est bel et bien pro-vie », titre le quotidien québécois qui rappelle que la veille, lors du débat télévisé, Andrew Scheer avait utilisé tous les subterfuges pour éviter de se prononcer clairement sur la question. En fait, c’est lors d’un déplacement ce jeudi dans la province du Nouveau-Brunswick qu’il a finalement affiché sa position. Mais le candidat conservateur a tenu à anticiper les attaques répétant que, peu importe sa position personnelle sur cet enjeu, l’important est qu’il prend « l’engagement, comme Premier ministre, de ne pas rouvrir ce débat. Je vais voter contre n’importe qui voudrait rouvrir le débat », peut-on lire dans les pages du quotidien.

    Et ce n’est pas la seule révélation sur Andrew Scheer puisque selon une information révélée par le Globe & Mail : Andrew Scheer bénéficie de la double nationalité canadienne et américaine. Mais selon le porte-parole du parti conservateur, il aurait déjà lancé le processus de renonciation. Andrew Scheer est né au Canada d’un père Américain et d’une mère Canadienne. Il bénéficie donc naturellement de cette double-nationalité, même s’il n’a plus de passeport américain depuis de nombreuses années, explique le quotidien. Des révélations qui créent la polémique, car depuis quelques années nombre de personnalités canadiennes ont été attaquées par des élus de cette formation, car elles bénéficiaient d’une double nationalité. D’où cet empressement à renoncer à la nationalité américaine.

    En Équateur, face au blocage du pays, le président décrète l’état d’urgence

    La situation en Équateur est très tendue suite à la décision du gouvernement, annoncée ce mardi, de mettre fin aux subventions pour les carburants. Et la réaction du secteur des transports, qui a provoqué le bocage du pays, est très critiquée ce vendredi. « Le droit légitime de manifester a été utilisé par des dirigeants pour semer le chaos, par des vandales victimes du discours sur la revanche sociale et par des antisociaux qui ne cherchent qu’à commettre des délits » explique El Universo dans son éditorial.

    Pour le quotidien La Hora, ce sont toujours les mêmes dirigeants syndicaux du secteur des transports, en poste depuis plus de vingt-cinq ans, qui sont derrière ces manœuvres. Et les victimes sont toujours les mêmes selon ce quotidien : les citoyens. El Telegrafo s’interroge quant à lui : peut-on vivre sous la menace du secteur des transports ? Le journal rappelle que ce secteur, « la classe du volant » comme on le surnomme, est le seul en mesure de paralyser un pays. Un secteur qui se croit au-dessus des lois et qui bafoue la Constitution. Des quotidiens qui dénoncent donc les manières de faire de ce secteur, mais qui n’appuient pas pour autant la décision de décréter l’état d’urgence annoncé hier par le président Lenin Moreno.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.