GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti: des artistes se mêlent à une manifestation pacifique à Port-au-Prince

    media  
    Manifestation du dimanche 13 octobre 2019 à Port-au-Prince, en Haïti. REUTERS/Andres Martinez Casares

    La contestation contre le président ne faiblit pas en Haïti. Dimanche 13 octobre 2019, des artistes ont rejoint le mouvement, qui réclame depuis plus d’un mois la démission de Jovenel Moïse.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Sur appel de chanteurs et DJ très populaires, des dizaines de milliers de personnes ont gagné les rues de la capitale haïtienne, dimanche. Une foule en colère contre la pauvreté et les dérives de l'État. Mais une foule pacifique. Contrairement aux dernières manifestations, marquées par des destructions et quelques pillages, cette fois-ci, aucun incident n'a été enregistré.

    Matthias, 27 ans, est en colère. « On en a marre de ce système, dit-il, marre du président, marre de tout ! » Il s’est décidé à participer à la marche de dimanche, car ça n’était pas une manifestation organisée par les groupes habituels. « Avec les violences qu'il y a dans les manifs, on a peur de sortir, tout simplement. Mais aujourd'hui, on est là. On veut que cela change », confie-t-il.

    « Tout le monde dit : "Y'en a marre." »

    Changer les choses, c’est ce qui a motivé le rappeur Izolan à lancer cet appel à la marche. Du haut du char de carnaval, il veut être le porte-voix des plus pauvres : « Aujourd’hui, l'opposition, c'est toute la population : elle a faim, elle ne peut pas vivre, ses enfants ne vont pas à l’école. Ce n’est pas parce que j’ai les moyens de manger qu’il faudrait que je ne regarde pas ceux qui, à côté, n’ont rien. »

    « Tout le monde dit : "Y'en a marre." Le président doit parler avec le peuple, estime-t-il. Deux mois qu’il n’a pas parlé, un président ne peut pas rester muet. Les gens ont faim. » Pendant des heures, la foule a marché sans violence. Par moments, l’ambiance festive pouvait laisser croire à un carnaval, mais les chants et slogans contre Jovenel Moïse venaient rappeler que la colère populaire est grande.

    ► À relire : En Haïti, lettre de Port-au-Prince sur fond de guerre civile

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.