GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)
    • Hôpitaux: Macron dit avoir «entendu la colère et l'indignation» du personnel soignant
    Amériques

    À la Une: la sénatrice Elisabeth Warren à la barre

    media La sénatrice Elisabeth Warren lors du débat pour la primaire démocrate, le 15 octobre 2019. REUTERS/Shannon Stapleton

    Il n’y a plus que douze élus démocrates à la primaire de ce parti pour la présidentielle de 2020. Ils ont participé à un débat dans l’Ohio mardi soir. « Dans cette foule de démocrates, c’était Warren la cible », titre en Une le Boston Globe. La sénatrice Elisabeth Warren fait désormais la course en tête. Mais pour combien de temps ? Le Washington Post croit savoir que la jeune élue à la chambre des Représentants Alexandria Ocasio-Cortez, l’une des voix les plus influentes parmi les jeunes libéraux, prévoit d’apporter son soutien à Bernie Sanders. La cote du sénateur a dégringolé après « avoir été mis sur la touche pendant deux semaines par une crise cardiaque ». L’étoile montante du parti démocrate pourrait apparaître à ses côtés loirs d’un meeting samedi.

    En tout cas, une chose est sûre, c’est que « la primaire ne tourne plus autour de Joe Biden », écrit Mother Hill. Joe Biden était pourtant le leader des sondages depuis le mois d’avril. Pour le National Review, un journal conservateur, le débat « trop long et souvent ennuyeux » n’a apporté qu’une seule surprise : Amy Klobuchar et Pete Buttigieg, qui ont « réussi à se démarquer ». Mais pas sûr que cela change les sondages, consent le National Review.

    Honduras : bientôt le verdict pour le frère du président

    À New York, le procès de Tony Hernandez touche à sa fin. Le frère du président du Honduras, Juan Orlando Hernandez, est accusé, entre autres, de trafic de drogue international. Le dernier témoin appelé à la barre mardi, explique La Prensa, était un ex-trafiquant de drogue guatémaltèque. Il soutient avoir acheté 15 000 kilos de cocaïne à Tony Hernandez et avoir revendu cette marchandise à des cartels mexicains. Un croquis d’audience le montre pointant du doigt Tony Hernandez, impassible.

    El Heraldo rappelle les points clés de ces huit jours de procès. Ce mercredi, les plaidoiries de l’accusation et de la défense dureront environ six heures, prédit La Prensa, avant que les délibérations ne commencent. « L’accusé a choisi de ne pas témoigner alors qu’il avait le droit de le faire, explique Confidencial, et la défense n’a pas présenté de témoins ». Selon la famille de l’accusé, dont La Tribuna reproduit les propos, le processus judiciaire est de toute façon « rempli de mensonges, de mensonges et de mensonges de la part de quatre trafiquants de drogue et de criminels qui cherchent désespérément à obtenir une réduction de peine et à concrétiser leur vengeance contre ceux qui ont fait tomber leur régime de terreur et de violence irrationnelle ». Le verdict pourrait intervenir dès jeudi matin.

    Honte. Dégoût.

    Confidencial raconte qu’« une bonne partie de la population reste en état d’hypnose collective devant l’écran de sa télévision ou écoute la radio avec une passion excessive, attendant chaque jour des nouvelles du célèbre procès ». « On dirait une série télévisée sur le trafic de drogue et la corruption, mais ce n’est pas le cas. En fait, il s’agit d’une radiographie lente et douloureuse de notre pays et de la soi-disant classe politique qui le dirige ». Et le journal de poursuivre : « Chaque jour, en écoutant ou en lisant les déclarations de témoins [...], les Honduriens décents n’ont d’autre choix que de ressentir de la honte, de la peine [...] et du dégoût. [...] Le procès contre Tony Hernandez, quel qu’en soit le résultat final, devrait servir de miroir tordu dans lequel nous voyons quotidiennement l’image ombragée de la patrie. Voilà, avec ses rides et ses verrues, le visage lamentable d’un pays qui était autrefois une république et qui, grâce au travail et à la grâce de la corruption politique, est aujourd’hui devenu aux yeux du monde la version tropicale et centraméricaine d’un État aussi déchu qu’il est discrédité. »

    C’est Tony Hernandez qui est jugé, mais c’est le visage de son frère, le président du Honduras, qui apparait partout dans la presse hondurienne. « Cette exposition dans des tribunaux étrangers non seulement n’aide pas le Honduras, renchérit La Prensa, mais fait beaucoup de dégâts. Le cancer a métastasé, ce qui n’aurait pas été possible sans la collusion des organes qui par leur raison d’être étaient appelés à défendre la vie et assurer la sécurité de tous. »

    Canada : un an de légalisation du cannabis

    Le Canada a légalisé le cannabis il y a tout juste un an, mais les Québécois préfèrent toujours faire leurs achats auprès de revendeurs illégaux. 82 % de ce que fument les Québécois provient toujours du marché noir, selon la Montréal Gazette. Pourquoi continuer à refuser d’acheter auprès de la Société québécoise du Cannabis (les magasins d’État) ? Le journal anglophone a interrogé des consommateurs, qui citent « la livraison rapide à domicile, l’absence de files d’attente, l’anonymat et de meilleurs prix ». Malgré tout, le directeur de l’agence publique est optimiste. Les dealers illégaux vont progressivement disparaitre, promet-il, avec l’augmentation des stocks et l’ouverture de nouveaux magasins. Leur nombre devrait doubler d’ici mars 2020.

    « À ce jour, la plupart des grandes compagnies de cannabis ne sont toujours pas rentables », poursuit la Montréal Gazette. Certaines, comme CannTrust, se heurtent à l’administration. « Sa licence a été partiellement suspendue le mois dernier » car « l’entreprise cultivait du cannabis dans des zones non autorisées ». Résultat : CannTrust doit détruire l’équivalent de 77 millions de dollars de cannabis. Mais comment faire ? Le ministère de la Santé recommande de « réduire le cannabis en miettes et de le mélanger avec de l’eau et de la litière pour chat - ou "d’autres types de matières non organiques" - pour aider à le décomposer et masquer l’odeur avant d’en faire du compost ou de le jeter ». Pas question, en tout cas de faire un gros tas à l’extérieur du bâtiment et d’y mettre le feu.

    Venezuela : les mines d’or aux mains des gouverneurs

    Le président Nicolas Maduro l’a annoncé mardi, rapporte El Universal. Une mine d’or sera assignée à chaque gouverneur, pour financer le budget de sa région. Ce dernier pourra « disposer immédiatement des ressources que produit la mine, pour investir [...] et contourner le blocus économique des États-Unis ». Tous les gouverneurs sauf quatre, issus de l’opposition. Dans ces États, comme l’État de Táchira, par exemple, le président va nommer des « protecteurs ».

    Protecteurs et gouverneurs recevront aussi « un million de petros », la cryptomonnaie créée par Caracas, « sur une base bimensuelle à partir du mois de novembre ». El Universal rappelle que l’agence chargée d’administrer le secteur minier jusqu’ici a été sanctionnée en mars par le département du Trésor américain et ne peut donc plus commercer avec les pays qui suivent la ligne de Washington.

    Bolivie : fin de campagne sous pression pour Evo Morales

    J-4 avant l’élection présidentielle. Le président de gauche Evo Morales, candidat à un quatrième mandat, a tenu mardi soir son avant-dernier meeting à Santa Cruz, le bastion de l’opposition. Une journée « de violence et d’arrestations », décrit PaginaSiete. « La tension a commencé vers midi, avec l’arrestation du président de l’Union des jeunes de Santa Cruz ». « Au cours du discours » du président Morales, « la police poursuivait ses actions antiémeutes ». Lors de ces manifestations, « des drapeaux du MAS [Mouvement vers le socialisme, le parti présidentiel] ont été brûlés ».

    Pendant ce temps, son principal adversaire, le centriste Carlos Mesa, tenait meeting dans le centre de La Paz, comme le raconte PaginaSiete. La Razon regrette la lenteur et la monotonie de ce processus électoral, qui « à l’exception de quelques événements de campagne, a été plutôt "ennuyeux" ». Les deux candidats doivent tenu leur dernier meeting aujourd’hui, à Santa Cruz pour Carlos Mesa et El Alto pour Evo Morales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.