GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: l'une des victimes est décédée, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)
    • Hôpitaux: Macron dit avoir «entendu la colère et l'indignation» du personnel soignant
    • Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo appelle à nouveau tous les pays à rapatrier leurs jihadistes détenus en Syrie
    • Les États-Unis vont «continuer à diriger» la lutte contre le groupe État islamique (Pompeo)
    • Hong Kong: les violences menacent le principe «Un pays, deux systèmes», affirme le président chinois
    Moyen-Orient

    Retrait américain de Syrie: Trump s'emporte contre Nancy Pelosi

    media La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, accompagnée du chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer (D), à sa sortie de la réunion sur la Syrie organisée à la Maison Blanche, le 16 octobre 2019. REUTERS/Jonathan Ernst

    La Chambre des représentants a voté mercredi 16 octobre, avec le soutien de nombreuses voix républicaines, une résolution condamnant le retrait américain de Syrie. C’est sans doute ce qui a mis Donald Trump en colère quand il a reçu les représentants du Congrès.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    Donald Trump a une nouvelle fois justifié sa décision de retirer les troupes américaines de la région mercredi arguant du fait que les États-Unis n’avaient pas à se battre sur le sol syrien, situé à plus de 11 000 kilomètres et que le retour des soldats était une de ses promesses électorales. Mais à Washington, la décision du président reste vivement contestée y compris au sein de son propre camp.

    129 des 195 élus républicains de la Chambre des représentants ont voté la résolution qui condamne le retrait des troupes américaines de Syrie. De quoi échauffer Donald Trump. Le président s’en est vertement pris à la cheffe de la majorité démocrate à la Chambre, Nancy Pelosi, lors d’une rencontre à la Maison Blanche.

    « Il l’a traitée de politicienne de bas étage »

    Elle a de ce fait quitté les lieux, accompagnée de Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate au Sénat. « Il était insultant. Il l’a traitée de politicienne de bas étage. Ce n’était pas un dialogue, mais une diatribe ! », a-t-il dénoncé. « Le président a craqué, c’est triste à dire », a réagi de son côté Nancy Pelosi.

    Les républicains, eux, sont restés à la Maison Blanche. Mais eux aussi contestent la décision du président. Son plus proche allié au Sénat, Lindsey Graham, l’a encore déclaré mercredi : « Il fait la plus grande erreur de sa présidence ».

    « Moi, je veux quitter le Moyen-Orient »

    Ce à quoi Donald Trump a répondu quelques heures plus tard. « Lindsey Graham aimerait qu’on reste les mille prochaines années au Proche-Orient avec des milliers de soldats engagés dans les guerres des autres. Moi, je veux quitter le Proche-Orient », s'est-il défendu.

    La résolution bipartisane votée à la Chambre n’a pas été soumise aux sénateurs. Mitch McConnell n’a pas encore programmé de vote. Mais le chef de la majorité républicaine au Sénat s’est lui aussi dit opposé à la décision de Donald Trump.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.