GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    737 MAX: le régulateur américain accuse Boeing de dissimulation

    media Depuis le crash d'Ethiopian Airlines, tous les Boeing 737 MAX restent cloués au sol. REUTERS/Mike Blake

    Aux États-Unis, l'Agence fédérale de régulation (FAA) accuse le constructeur Boeing de lui avoir caché le contenu d'un échange entre deux pilotes qui montraient dès 2016 une défaillance du système automatique mis en cause dans les deux crashs qui ont fait 346 morts.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    Cloué au sol depuis deux accidents successifs l’année dernière, le 737 MAX de Boeing n’est pas prêt de reprendre son envol. Les difficultés du constructeur se sont amplifiées ce 18 octobre après la révélation d’un échange de messages entre pilotes montrant les problèmes du système automatique mis en cause dans les deux crashs de l’appareil qui ont causé la mort de 346 personnes.

    L’échange entre les deux pilotes, sur une messagerie instantanée, date de 2016, soit deux ans avant la certification du système automatique et les deux crashs. « Le système automatique déraille » écrit le premier. Le second lui répond :« C’est flagrant ». L’un des pilotes ajoute : « Si je comprends bien, j’ai menti aux régulateurs ». « Personne ne nous avait dit que c’était comme ça », conclut son interlocuteur.

    « Conduite criminelle »

    Ces messages n’ont été transmis par Boeing que le 17 octobre à l’Agence fédérale de régulation (FAA) qui accuse désormais la compagnie de les lui avoir cachés. « J'attends vos explications immédiatement », a aussitôt réagi l’administrateur de la FAA.

    Depuis des mois, la compagnie aérienne maintient que son système a été certifié dans les règles et que rien ne pouvait suggérer son manque de fiabilité. Le contenu de ces messages indique l’exact contraire.

    « Cela commence à ressembler à une conduite criminelle », a commenté Peter de Fazzio, qui préside l’enquête lancée sur les problèmes du 737 MAX à la Chambre des Représentants. Le patron de Boeing doit témoigner à ce sujet pour la première fois devant le Congrès avant la fin du mois.

    ► (Ré)écoutez : Pourquoi les Etats-Unis ont tardé à retirer le Boeing 737 MAX

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.