GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le frère du président du Honduras reconnu coupable de trafic de drogue

    media Le président Hernandez après que son frère «Tony» Hernandez a été reconnu coupable de trafic de drogue, le 18 octobre 2019. REUTERS/Jorge Cabrera

    La peine de prison ne sera prononcée que dans quelques mois, mais l'affaire risque d'avoir des conséquences politiques, d'autant que le procès a donné lieu à un grand déballage mettant en cause les dirigeants du Honduras.

    « Tony » Hernandez a été arrêté il y a près d'un an à l'aéroport de Miami. Accusé d'être impliqué dans le trafic d'environ 200 tonnes de cocaïne depuis 2004, de faux témoignage et possession d’armes à feu, il a été reconnu coupable vendredi de tous les chefs d’accusation. Son procès s'est tenu ces deux dernières semaines devant un tribunal de New York qui a entendu des témoignages accablants pour le frère du président Juan Orlando Hernandez.

    Un État lié au narcotrafic 

    Le tout dans « une impunité totale » selon le procureur, qui a souligné que l'accusé avait bénéficié de la protection de son frère. Et le président du Honduras aurait reçu des millions de dollars de pots-de-vin de la part de narcotrafiquants, notamment pour financer ses campagnes électorales, a notamment déclaré le procureur fédéral new-yorkais dès le premier jour d'audience. 

    Tony Hernandez connaîtra sa peine en janvier prochain. Il risque la prison à perpétuité.

    Un jugement qui cherche à « salir le nom du Honduras »

    Au Honduras, le président Juan Orlando Hernandez a immédiatement exprimé sa « tristesse », tout en critiquant le verdict. Pour le chef de l'État, le jugement repose « sur le témoignage d'assassins reconnus » et cherche « à salir le nom du Honduras ».

    Dans ce pays d'Amérique centrale miné par la pauvreté et la criminalité, l'opposition, par la voix de l'ex-président de gauche Manuel Zelalya, avait appelé à des manifestations pour réclamer la démission du président Hernandez. Ce dernier est considéré par Donald Trump comme un partenaire privilégié de la politique américaine de lutte contre l'immigration clandestine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.