GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Il est nécessaire de «restaurer l'ordre» à Hong Kong (ministère chinois de la Défense)
    • Fusillade en Californie dans la ville de Fresno: quatre morts et six blessés (police)
    • Manifestations et violences en Iran: Téhéran condamne le soutien de Washington à des «émeutiers»
    • Biélorussie: aucun représentant de l'opposition n'a été élu aux législatives (résultats officiels)
    • «Déchets, ça déborde! On fait quoi?» Journée spéciale ce lundi sur les antennes de RFI dès 6h TU (7h heure de Paris)
    • Hong Kong: la loi interdisant le port du masque est jugée anticonstitutionnelle (Haute cour)
    Amériques

    En Haïti, religieux et artistes manifestent contre Jovenel Moïse

    media Des milliers de personnes ont à nouveau défilé dans les rues de Port-au-Prince, en Haïti, pour demander la démission du président Moïse et, comme sur ce panneau, la fin de la corruption, le 20 octobre 2019. REUTERS/Andres Martinez Casares

    En Haïti, la contestation contre le président ne faiblit pas : pour le deuxième dimanche consécutifs, des artistes parmi les plus populaires avaient appelé à manifester.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Les artistes ont été rejoints par certains groupes religieux. Alors que les activités du pays sont paralysées depuis plus d’un mois, la revendication première de la rue n’a pas changé : ses détracteurs exigent la démission immédiate de Jovenel Moïse.

    Autour du prophète auto-proclamé Mackenson, la foule compacte oscille entre prières et slogans contre le président. À l’avant du cortège, Nelly Delmastet, 19 ans, porte chemise, cravate et pantalon de son établissement scolaire. Sur sa pancarte, il a simplement écrit : « je veux aller à l’école. »

    « J’ai mis mon uniforme aujourd’hui, il est tout neuf et la première occasion que j’ai de le mettre, c’est dans une manifestation. Il faut que ça change, Jovenel : c’est pas bon ça. Mes crayons et mes cahiers sont tout neufs, mais on ne peut pas aller à l’école, il faut que ça change. »

    Le cortège a été aussi motivé que diversifié. Pour Gerald François, c’est un signe d’une généralisation du ras-le-bol des citoyens.

    « Tous les secteurs l’ont désormais révoqué. Regardez aujourd’hui, on voit les pasteurs, les avocats, les artistes. Quand un homme dit qu’il est président mais qu’il perd le contrôle du pays pendant plus d’un mois et demi, ça veut dire qu’il n’est pas président : le peuple est président et le peuple l’a révoqué. »

    En fin de journée, la mobilisation citoyenne a été brusquement stoppée. Un des chars utilisés par les organisateurs de la manifestation a eu un accident. Le véhicule a foncé sur la foule. Au moins 16 personnes ont été blessées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.