GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Le président chilien Piñera tente l'apaisement après de nouvelles mobilisations

    media Le président chilien Sebastian Pinera lors de son discours le 21 octobre 2019 à Santiago du Chili. AFP Photos/Chilean Presidency/HO

    Le président Sebastian Piñera a annoncé, lundi 21 octobre, qu’il va dialoguer avec l’opposition et chercher à adopter un « accord social » pour répondre aux problèmes des Chiliens. Cette déclaration intervient lundi soir alors que le bilan des violences atteint maintenant 15 morts.

    Avec notre envoyée spéciale à Santiago,  Aude Villiers-Moriamé

    Quelques minutes après l’entrée en vigueur du couvre-feu, mis en place pour la troisième nuit consécutive à Santiago, Sebastian Piñera a reconnu qu’il avait eu des mots durs, ce week-end, lorsqu’il avait déclaré « nous sommes en guerre contre un ennemi puissant ».

    « Nous ne sommes pas en guerre »

    Ces propos sont très mal passés auprès des Chiliens comme Camila, lycéenne de 18 ans : « Nous ne sommes pas en guerre. Il n’est pas bête, Pinera. Je crois que sa stratégie, c’est de nous retourner les uns contre les autres. Le gouvernement n’utilise plus le mot manifestant. Il parle de délinquants, de vandales. C’est une stratégie pour diviser tout ce mouvement, mais il n’y arrivera pas. »

    ►À lire aussi : Après trois jours d'émeutes, les manifestations continuent au Chili

    Lundi 22 octobre, les Chiliens ont de nouveau manifesté en masse dans l’ensemble de manière pacifique. Des milliers de personnes étaient rassemblées sur la place Italia, dans le centre de Santiago, lundi après-midi. Certains manifestants tenaient des pancartes : « Nous ne sommes pas en guerre » et appelaient le gouvernement à prendre des mesures concrètes contre les inégalités sociales dans le pays.

    Cela a été vraiment un mouvement de mal-être social qui s’est déclenché assez vite. Cela a été triste de voir tout ce mal-être, qui d’une certaine manière n’a pas été entendu. La réponse de l’État a été de faire un couvre-feu, établir un état d’urgence, faire sortir la police, les militaires…

    Francisca Miranda, consultante internationale pour les Nations Unies au Chili sur les «craintes de la population» 22/10/2019 - par Jelena Tomic Écouter

    Yolanda Balestrelo, une retraitée présente à la place Italia, exprime son ras-le-bol face à la situation du pays : « Le gouvernement n’a pas su répondre aux demandes du peuple qui réclame moins d’inégalités sociales, une meilleure santé publique, une meilleure éducation. Ici, tout est privatisé. Les salaires sont très bas, 70% des Chiliens gagnent moins de 700 dollars. »

    De son côté, Francisca Miranda, anthropologue sociale et consultante des Nations unies au Chili, considère que la société est profondément divisée : « Ces divisions sont le résultat d’un antagonisme social qui existe au Chili, créé par une société qui est vraiment très stratifiée, où il n’y a pas beaucoup de mixité sociale. »

    Des réformes évoquées

    Lundi 21 octobre au soir, Sebastian Piñera a donc annoncé qu’il allait adopter une série de réformes pour améliorer la vie des Chiliens. Il a par exemple mentionné la baisse du prix des médicaments, sans donner plus de précisions.

    Le président a aussi annoncé des réunions avec les représentants de l’opposition dans les prochains jours. Des annonces qui ne semblent pas avoir apaisé le mouvement social, alors que le bilan des violences grimpe à 15 morts. Ce mardi 22 octobre, de nouvelles mobilisations sont prévues dans la capitale chilienne.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.