GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Pentagone suspend l'entrainement de tous les militaires saoudiens sur le sol américain
    Amériques

    La COP25 annulée au Chili, l'ONU cherche un plan B

    media Manifestation dans les rues de Santiago, contre le président en place, Sebastien Pinera, le 30 octobre 2019 MARTIN BERNETTI / AFP

    Après l’annonce du président chilien annulant la tenue de la COP25 à Santiago au mois de décembre, l'ONU est à la recherche d'un plan B.

    Avec notre correspondante à New York,  Carrie Nooten

    Le président chilien, Sebastien Pinera, a pris la décision d'annuler la COP25 à Santiago, qui devait se tenir du 2 au 13 décembre ainsi que l'Apec qui devait avoir lieu les 16 et 17 novembre, alors que la capitale est bloquée depuis plusieurs semaines par des manifestations populaires.

    Un contexte qui ne semble pas propice pour accueillir les 25 000 invités, chefs d’État, ministres et représentants de la société civile confondus. Il ne reste que quelques semaines pour tout réorganiser.

    Trouver un nouveau pays d'accueil

    Plusieurs options s’offrent à la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, la CCNUCC, l’organisme qui encadre les COP. La première serait d'organiser la rencontre de décembre à Bonn, là où se trouve son siège.

    La deuxième, organiser la COP25 en juin prochain, en couplant la conférence avec des négociations sur le climat déjà prévues à Bonn. Enfin, la dernière solution serait de changer de pays organisateur, un choix moins probable après les mois de travail déjà fournis par le Chili pour donner une orientation forte sur le climat.

    Une COP espagnole  ?

    Cette solution pourrait être l'Espagne à Madrid. Une proposition en ce sens a été faite par le gouvernement de Pedro Sanchez. La CNUCC va se réunir la semaine prochaine pour l'étudier.

    Autre avantage d'une COP espagnole elle se tiendrait aux mêmes dates, du 2 au 13 décembre. Ce n'est pas anodin car cette COP s'insère dans une séquence. Après le sommet de New York en septembre, c'est en effet l'occasion de maintenir la pression sur les Etats pour qu'ils adoptent des mesures ambitieuses.

    En ligne de mire, il y a la COP 26 de 2020 particulièrement importante car les Etats signataires de l'accord de paris doivent y présenter leurs plans pour réduire encore plus leurs émissions de gaz à effet de serre. Les engagements actuels conduisent en effet à un réchauffement planétaire de trois degrés.

    Le Chili reste le président de la COP25

    Pour Farhan Haq, porte-parole du secrétaire général de l'ONU, le Chili reste le président de la 25e Conférence des parties et la direction que le pays a pu donner ces derniers mois va perdurer. « La vraie question est de trouver un endroit convenable, et avec un peu de chance, on devrait en trouver un. Il y a eu des précédents où le pays organisateur n’est pas le même que le pays où se déroule la conférence. »

    En 2017-2018 déjà, un pays organisateur n’avait pu recevoir les participants à la COP23, c’était les Fidji. Le pays avait été jugé trop inaccessible par de nombreux invités, et la conférence principale avait été organisée à Bonn.

    Notre gouvernement, avec un profond sentiment de douleur, parce que c'est douloureux pour le Chili, a décidé de ne pas organiser le sommet de l'Apec, prévu au mois de novembre, ni celui de la COP, prévu au mois de décembre. Nous déplorons et nous regrettons profondément les problèmes et les désagréments que cette décision induit, tant pour l'APEC que pour la COP. Mais en tant que président de tous les Chiliens, je me dois de toujours donner priorité aux problèmes et aux intérêts des Chiliens, à leurs besoins, à leurs aspirations et à leurs espoirs

    Sebastian Pinera, président du Chili 31/10/2019 - par RFI Écouter
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.