GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    À la Une: Lula libéré suite à une décision de la Cour suprême brésilienne?

    media L'ancien président Lula lors d'une interview avec les journaux El Pais et Folha de Sao Paulo au bureau de la Police Fédérale à Curitiba, le 26 avril 2019. AFP Photo/El Pais/Isabella Lanave

    C’était une décision attendue depuis des semaines, comme le rappelle ce vendredi le quotidien O Dia. Jeudi, les onze juges de la Cour suprême brésilienne devaient trancher sur une question sensible qui concerne des milliers de prisonniers. Faut-il qu’ils soient emprisonnés après leur condamnation ou faut-il attendre qu’un condamné épuise tous les recours avant de le placer en détention ? Et la décision est tombée tard hier soir à Brasilia détaille le quotidien. Sur les onze juges qui composent cette instance, six ont approuvé l’arrêt mettant fin à l’emprisonnement obligatoire, une jurisprudence qui était en vigueur depuis 2016. Une décision qui aura donc pour conséquence la libération des condamnés qui n’ont toujours pas épuisé tous les recours. Et concernant l’affaire Lava Jato dans laquelle l’ancien président Lula a été condamné, au total quinze personnes pourraient être libérées prochainement selon O Dia, dont l’ancien chef d’État. Les avocats de Lula ont bien entendu déjà annoncé qu’ils allaient demander une libération de leur client. Et selon Globo, une fois sorti de prison, Lula compte se remettre au travail et sillonner le pays pour remettre de l’ordre dans l’opposition, la réorganiser pour faire face au président Jair Bolsonaro. Petite précision tout de même apportée par le président de la Cour Suprême, les libérations ne seront pas automatiques, mais décidée par des tribunaux au cas par cas, détaille leCorreio Braziliense.

    Haïti : rendez-vous avec le rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste, Frantz Duval. A la Une de l’actualité : après huit semaines de mobilisation, les adversaires du président Jovenel Moïse vont tenter d’accorder leurs violons ce vendredi lors de la tenue d’une réunion de la commission Passerelle (une commission créée par la société civile qui tente de mettre les différents acteurs de l’opposition autour de la table).

    QR avec Frantz Duval du Nouvelliste 08/11/2019 Écouter

    Vers un bras de fer entre l’Argentine et le FMI ?

    A l’occasion d’une interview avec l’ancien chef d’État équatorien Rafael Correa, reprise par Clarin, Alberto Fernandez, le président nouvellement élu qui prendra ses fonctions le 10 décembre, a expliqué que son pays ne pourrait pas faire face aux prochaines échéances pour rembourser un prêt de quarante-cinq milliards de dollars concédé par le FMI. « Le monde doit comprendre que nous ne pouvons pas rembourser étant donné la situation de l’économie argentine » explique-t-il. « L’Argentine doit produire à nouveau et exporter pour faire face à ses obligations » ajoute-t-il, avant de conclure qu’il souhaite renégocier avec le FMI les échéances de remboursement. Selon lui le FMI devrait accepter car l’Etat argentin a la volonté de rembourser, malgré la situation économique. Un délabrement de l’économie qu’il attribue justement au FMI et au président sortant Mauricio Macri.

    États-Unis : le parti républicain se prépare à livrer sa propre version sur l’affaire ukrainienne

    Selon le Washington Post : une nouvelle narrative est en train de se dessiner pour que le parti républicain puisse enfin présenter sa version des faits. Et d’après le Washington Post l’idée serait de rendre responsable trois ou quatre personnes qui aurait agi de leur propre chef dans ce dossier, sans en avertir le président. Les trois personnes citées sont l'ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, l'avocat de Donald Trump, Rudolph Giuliani, et le chef du personnel par intérim de la Maison Blanche, Mick Mulvaney. Le camp républicain, en s’appuyant sur cet argumentaire veut démontrer que ces 3 personnes poursuivaient leur propre objectif. Une manière de dédouaner Donald Trump selon le Washington Post.

    Mexique : la famille LeBaron critique les autorités locales et fédérales

    Une information qui fait la Une d’El Universal. Adrian LeBaron estime que les autorités font fausse route lorsqu’elles évoquent le fait que sa famille a été victime d’une confusion. Selon lui c’est tout le contraire, les groupes criminels qui les ont attaqués souhaitaient faire passer un message, même s’il ne précise pas lequel. De son côté Julian LeBaron accuse les autorités locales de complicité pour son manque de réactivité. Les forces de l’ordre local ont tardé à arriver sur les lieux faute de carburant, selon la version qui leur a été donnée, une excuse stupide selon lui. Enfin, toujours selon Julian Lebaron, il ne faut pas s’attendre à ce que la justice fasse son travail, étant donné le niveau de corruption. C’est aux citoyens de s’organiser explique-t-il. Des déclarations réalisées à l’occasion des funérailles des neuf personnes assassinées en début de semaine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.