GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: le président Piñera reste sourd aux appels des manifestants

    media Une foule a de nouveau comblé la Plaza Italia à Santiago du Chili, le 8 novembr 2019 REUTERS/Pablo Sanhueza

    Après plus de trois semaines de manifestations ininterrompues, la mobilisation ne faiblit pas au Chili. Plus de cent mille personnes étaient réunies vendredi encore à Santiago, la capitale, et dans plusieurs villes du pays, pour protester contre les inégalités et demander de profondes réformes sociales.

    Avec notre correspondante à Santiago du Chili,  Justine Fontaine

    Le rassemblement faisait suite à des annonces du président Sebastian Piñera en matière de sécurité ce jeudi. Des mesures visiblement mal accueillies par les manifestants.

    Sous un grand drapeau aux couleurs du Chili, ou encore avec des fumigènes et des feux d'artifices, une immense foule de manifestants était rassemblée une nouvelle fois sur la Plaza Italia, dans le centre de Santiago. En marge de la manifestation qui se déroulait pacifiquement sur la place, un bâtiment d'une université privée a été incendié quelques centaines de mètres plus loin, et une église a été saccagée.

    Ce jeudi, Sebastian Piñera avait annoncé une série de mesures notamment pour alourdir les peines contre les casseurs et les pilleurs. Il a aussi convoqué un conseil de sécurité nationale, une décision rare dans le contexte d'un mouvement social, et qui donne à de nombreux Chiliens le sentiment qu'ils ne sont pas écoutés par le gouvernement.

    Mais ce vendredi les critiques sont aussi venues du propre camp du président Sebastian Piñera. À la sortie d'une réunion avec l'exécutif au palais de la Moneda, un député conservateur a appelé devant la presse à approfondir les mesures sociales. Le maire d'une commune défavorisée de la région de Santiago, lui aussi de droite, a affirmé que l'exécutif n'avait pas pris toute la mesure du problème.

    Le président chilien est lui passé devant les journalistes sans répondre à leurs questions.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.