GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: solidaire de la contestation, l'équipe nationale de foot refuse de jouer

    media Gary Medel à l'entraînement avec ses coéquipiers, le 11 octobre dernier. JOSE JORDAN / AFP

    En raison de la crise sociale qui secoue leur pays, les joueurs de la sélection chilienne ont décidé de ne pas disputer le match amical prévu le 19 novembre à Lima face à l'équipe du Pérou.

    Avec notre correspondante à Santiago du Chili, Justine Fontaine

    Les joueurs de l'équipe nationale chilienne ne sont pas indifférents au mouvement social qui secoue leur pays depuis près d'un mois. Certains avaient déjà exprimé leur soutien ou leurs craintes face aux manifestations, dès le début du mouvement. Mercredi, l'équipe a annoncé collectivement qu'elle refusait de jouer un match amical prévu contre le Pérou mardi prochain.

    C'est le capitaine de l'équipe, Gary Medel, qui a officialisé la décision des joueurs par un message sur les réseaux sociaux. « Aujourd'hui, le Chili doit jouer un match plus important : celui de l'égalité et du changement pour que tous les Chiliens vivent dans un pays plus juste », a souligné le défenseur, très apprécié dans le pays. En référence aux violences constatées en marge des cortèges, mais aussi à la forte répression de la part de la police, le joueur du Bologne FC a ajouté que le Chili « a besoin de paix », mais qu'il ne faut selon lui « pas oublier les demandes portées par le mouvement social ».

    L'annonce n'a pas du tout plu au sélectionneur de l'équipe, le Colombien Reinaldo Rueda, qui menace de démissionner dans les prochains mois si les matchs ne reprennent pas.

    La Fédération chilienne de football a essayé de faire changer les joueurs d'avis, sans succès. Et elle a dans la même journée dû renoncer à la reprise du championnat national ce week-end. À la fois pour des raisons de sécurité (car des manifestations ont lieu tous les jours), mais aussi parce que des clubs de supporters et un important syndicat de joueurs s'opposaient à la tenue de matchs de foot en plein mouvement social.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.