GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    En Bolivie, la présidente Jeanine Añez campe sur ses positions conservatrices

    media La présidente par intérim de Bolivie Jeanine Añez lors d'une conférence de presse à La Paz le 15 novembre 2019. RONALDO SCHEMIDT / AFP

    La Bolivie a désormais un gouvernement par intérim après la démission d’Evo Morales dimanche dernier. La présidente Jeanine Añez et ses ministres ont en principe 90 jours pour organiser de nouvelles élections. Ce nouveau gouvernement ne fait pas l’unanimité, et des manifestations ont lieu dans tout le pays. La répression des forces de l’ordre a fait quatre morts ce vendredi.

    Avec notre correspondante à La Paz,  Alice Campaignolle

    Jeanine Añez est présidente de la Bolivie depuis à peine quatre jours, et déjà sous le feu des critiques. L’ex-sénatrice de 52 ans du parti Unité Nationale, placé à droite, est notamment attaquée pour ses positions très conservatrices. Ce vendredi matin, elle a confirmé l’importance qu’aura la religion dans son mandat : « Je suis une femme de foi, une femme de Dieu, a-t-elle déclaré. Pour moi, la parole du Seigneur est très importante, et j’y reviens souvent. Tant que je serai au Palais du gouvernement, la Bible y sera aussi. »

    Beaucoup considèrent aussi que la présidente par intérim ne se charge pas seulement des affaires courantes comme elle devrait. Elle a notamment pris position sur des sujets très sensibles, comme la reprise des relations diplomatiques avec les États-Unis et le Chili. Mais elle ne cesse de répéter qu’elle n’est qu’une cheffe d’État de transition : « Nous ne prenons aucune décision importante. Nous remettons seulement le pays sur pieds, nous le rendons opérationnel de nouveau, pour que tout rentre dans l’ordre. C’est une transition, je ne cesserai pas de le répéter. »

    Jeanine Añez est confrontée depuis plusieurs jours à des manifestants qui refusent de la reconnaître comme présidente, elle qui n’a pas été élue et qui a nommé un gouvernement conservateur laissant peu de place à des représentants de la majorité indigène du pays.

    ►À lire aussi : Bolivie: à La Paz, l'essence et la nourriture commencent à manquer

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.