GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 21 Janvier
Mercredi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Virus: la Chine annonce un troisième mort et près de 140 nouveaux cas
    Amériques

    En Haïti, le face-à-face à distance continue entre M. Moïse et ses opposants

    media Des manifestants haïtiens dans les rues de Porte-au-Prince, lundi 18 novembre 2019. REUTERS/Jeanty Junior Augustin

    Les commémorations de la bataille d’indépendance ont donné lieu à des violences, lundi 18 novembre 2019 en Haïti. Sous le coup d'une colère populaire persistante, le président Moïse n’a pas fait le déplacement sur le site historique de Vertières.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Défilé militaire et dépôt de gerbe de fleurs au musée du Panthéon national. Pour marquer ce 18 novembre, Jovenel Moïse est resté dans le périmètre très limité de la place du Champ-de-Mars, verrouillée par un important dispositif policier.

    À la tribune, il a une nouvelle fois plaidé pour le dialogue : « Les personnes qui font partie des forces sociales, des forces économiques et des forces politiques comme moi, nous avons l’obligation de nous mettre ensemble afin de convertir cette crise que le pays traverse en une grande opportunité qui nous permettrait de mettre Haïti sur la route du changement dont on rêve tous. »

    « Dites à Jovenel Moïse de remettre les clés du pays à l’opposition »

    Mais à l’image de Phanel Jean-Louis, les centaines d’opposants qui ont manifesté répètent exclure désormais tout dialogue avec lui : « Jovenel a dit qu’il n’avait personne à qui remettre le pouvoir, mais nous avons une instance qui s’appelle la Cour de cassation et c’est là qu'on va choisir l’alternative. Dites à Jovenel Moïse de remettre les clés du pays à l’opposition. »

    Dans la capitale, la manifestation de l'opposition exigeant la démission immédiate du chef de l’État n’a rassemblé que plusieurs centaines de personnes. Mais, preuve de la colère constante contre lui, des manifestations ont également en lieu lundi dans plusieurs villes de province. À Port-au-Prince, au moins quatre personnes ont été blessées par balle.

    ► À lire aussi : L’ambassadrice américaine en Haïti appelle au dialogue (entretien)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.