GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)
    Amériques

    À la Une: la Colombie craint la violence pour cette journée de grève générale

    media Les gens manifestent lors d'une grève nationale appelée par des étudiants, des syndicats et des groupes autochtones pour protester contre le président du gouvernement colombien Ivan Duque à Bogota le 21 novembre 2019. © Raul ARBOLEDA / AFP

    « Prudence, beaucoup de prudence, s’il vous plaît » titre ce matin l’éditorialiste d’El Espectador. Le quotidien craint une réaction hostile de la part des autorités. Des autorités qui ont tardé à réagir et à prendre en compte les revendications des manifestants qui s’étaient mobilisés la semaine dernière à Barranquilla. Une semaine plus tard, détaille El Espectador, le pays est encore plus sous tension. Les autorités et les manifestants se regardent avec méfiance et peur. D’où cet espoir que cette journée de forte mobilisation soit pacifique et démontre qu’en Colombie on respecte la différence d’opinions. Mais les dernières déclarations du président Ivan Duque risquent de tendre encore plus la situation. Ce dernier, explique l’éditorialiste, n’a eu de cesse ces derniers temps de dire que ce mouvement était basé sur des mensonges et infiltré par des agents internationaux. D’où cette crainte qui fait l’objet de l’éditorial du jour d’El Espectador.

    Deux projets de loi pour convoquer des élections en Bolivie

    La présidente par intérim Janine Añez a envoyé ce mercredi au Parlement un projet de loi pour convoquer de nouvelles élections générales, un mois après le scrutin contesté remporté par Evo Morales.En fait ce n’est pas un, mais deux projets de loi qui vont être étudiés par le Sénat, détaille ce jeudi Los Tiempos. L’un a été rédigé par la nouvelle équipe dirigeante sous l’égide de Jeanine Añez, tandis que le second a été élaboré par les députés du MAS, la formation politique d’Evo Morales, majoritaire dans l’hémicycle. Les deux projets envisagent l’annulation de l’élection du 20 octobre, l’élection de nouveau membre du Tribunal suprême électoral et une convocation le plus rapidement possible de nouvelles élections. L’idée, selon Jeanine Añez, est de parvenir à un consensus national. Selon le quotidien Cambio, la présidente par intérim est prête à modifier ou enrichir ce projet de loi afin de parvenir à ce consensus, sachant que l’idée serait de convoquer des élections en avril prochain, détaille El Diario. Mais si d’aventure ces projets de loi échouent, Jeanine Añez convoquera des élections par décret, prévient Los Tiempos.

    Haïti : rendez-vous avec Frantz Duval, rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste.

    A la Une de l’actualité haïtienne ce jeudi : la fin de la visite en Haïti de l’ambassadeur des États-Unis aux Nations unies qui n’est pas parvenue à un accord avec les protagonistes de la crise politique.

    Frantz Duval, rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste 21/11/2019 Écouter

    Aux États-Unis, nouveau débat dans le cadre de la primaire démocrate

    Un débat qui ne restera pas dans les annales, surtout pour ce qui est de la performance du favori des sondages, l’ancien vice-président Joe Biden, qui a bafouillé lors de son introduction, détaille le Washington Post. Pour la revue Politico, c’est le maire de South Bend Pete Buttigieg qui a su tirer son épingle du jeu. Un candidat que commencent à craindre les trois ténors de cette primaire, Joe Biden, Elizabeth Warren et Bernie Sanders. Il faut préciser que ce maire d’une petite localité de 100 000 habitants est en tête dans l’État de l’Iwoa, le premier État à voter dans le cadre de cette primaire. Un débat où les positions des candidats sont restées figées et au cours duquel les 10 prétendants à l’investiture se sont surtout attachés à attaquer le président Donald Trump, plutôt que de s’écharper entre eux. Prochain rendez-vous le 19 décembre à Los Angeles pour le dernier débat de cette année 2019.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.