GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)
    Amériques

    Publicités politiques: entre Facebook et Twitter, Google choisit la 3e voie

    media Le géant américain tente de désamorcer les critiques sur son rôle dans la propagation d'infox menaçant la bonne tenue d'élections par le passé. ©REUTERS/Aly Song/File Photo

    Google a amendé mercredi 20 novembre 2019 son règlement sur les publicités à caractère politique, adoptant une position médiane entre la décision de Twitter de toutes les bannir, et celle de Facebook de toutes les autoriser.

    Jusque-là, un parti ou un candidat avait la possibilité de diriger ses messages publicitaires avec une très grande précision, pour obtenir un maximum d'impact.

    Il pouvait profiter des données aux mains de Google pour sélectionner les destinataires de ses messages de campagne.

    Choisir par exemple le créneau des femmes de 40 ans écoutant de la musique classique, ou celui des jeunes fans de techno, ou encore des célibataires intéressés par l'écologie ou le contraire.

    Tout cela en se basant sur les traces laissées par les internautes sur les moteurs de recherche. Ce qui va changer, c'est donc le ciblage des publicités politiques.

    Les nouvelles règles

    Désormais, les seuls critères retenus seront l'âge, le genre et le lieu de résidence. Le géant américain tente ainsi de désamorcer les critiques sur son rôle dans la propagation d'infox menaçant la bonne tenue des élections.

    C'est une restriction qui n'empêchera pas, néanmoins, les politiques d'aller à la pêche aux électeurs sur les plateformes Google.

    Quant à la circulation de publicités mensongères, l'entreprise américaine évite de s'en mêler, à l’exception de cas particulièrement flagrant ; un candidat ne devrait pas pouvoir induire les électeurs en erreur sur la date du scrutin par exemple.

    Google promet aussi plus de transparence sur le financement des publicités politiques, mais il n'existe aucun organe indépendant pour veiller à ce que ce géant des technologies respecte ses engagements, pas plus que Facebook ou Twitter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.