GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Au Venezuela, la production de café au plus bas

    media La production de café vénézuélien devrait chuter de 80% en 2019. Flick / Bernardo Londoy / CC BY-NC-SA 2.0

    À cause de l’hyperinflation, des pénuries multiples, la production ne devrait pas dépasser les 20 000 tonnes cette année, bien moins que la demande nationale, surtout sachant qu’une bonne partie est destinée à l’exportation.

    Avec notre correspondant au Venezuela, Benjamin Delille

    Pour les producteurs de café vénézuéliens, c’est la chute libre. La production de l’un des meilleurs arabicas au monde, devrait chuter de 80% en 2019, prévoit Fedeagro, la Confédération des associations de producteurs agricoles au Venezuela.

    Une baisse drastique de la production qui s’explique par deux facteurs principaux. D’abord les pénuries de produits fertilisants et de pesticides. Les plantations ont été dévorées par les insectes et les maladies. Ensuite, les problèmes classiques que traverse le Venezuela à cause de son hyperinflation, comme l’explique Diolegdy Páez, directrice de la branche café de Fedeagro. « La main-d’œuvre est devenue trop chère, explique-t-elle. Les infrastructures ne sont plus entretenues. Les coupures d’électricité et les pénuries d’essence nous ont particulièrement affectés : on en a besoin pour sécher et moudre le grain. Et aussi surtout pour la commercialisation du café. »

    Flambée des prix et pénuries

    Le Venezuela va donc devoir augmenter énormément ses importations de café s’il veut satisfaire sa demande nationale : environ 220 000 tonnes par an, soit onze fois ce qui a été cueilli en 2019. Les prix vont donc augmenter, les pénuries aussi, et de nombreux foyers vénézuéliens vont devoir se passer de leur traditionnel café.

    Fedeagro rappelle que cette crise concerne toute l’agriculture vénézuélienne. En dix ans, elle serait retombée à ses niveaux de 1960, et rien ne semble pouvoir arrêter sa chute.

    Au Venezuela, la ville de Maracaibo subit la crise sans eau ni électricité

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.