GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La tuerie en Californie requalifiée en «acte de terrorisme»

    media Le FBI analyse la voiture dans laquelle les deux auteurs de la fusillade ont tenté de prendre la fuite, à San Bernardino le 3 décembre. REUTERS/Alex Gallardo TPX IMAGES OF THE DAY

    C'est un « acte de terrorisme » selon le FBI. Tashfeen Malik, qui, avec son mari, a tué 14 personnes mercredi 2 décembre à San Bernardino, en Californie, a fait allégeance durant l'attaque au groupe jihadiste Etat islamique, selon CNN citant des sources proches de l'enquête.

    La fusillade de San Bernardino est maintenant considérée comme un acte de terrorisme. « C'est désormais une enquête fédérale sur un attentat terroriste, dirigée par le FBI » a annoncé James Comey, le patron du FBI, vendredi, deux jours après la tuerie qui a fait 14 morts. La déclaration est importante, estime notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio, car les forces de police n’enquêtent plus sur un acte de violence commis au hasard, mais sur une tuerie motivée politiquement. « Notre enquête, à ce stade, montre une radicalisation des tueurs, et une éventuelle inspiration de leurs actes par une organisation terroriste à l'étranger » ajoute James Comey.

    Un peu plus tôt, des sources proches de l'enquête citées par la chaîne de télévision CNN indiquaient que l'assaillante avait prêté allégeance sur Facebook durant l'attaque au chef autoproclamé de l'organisation jihadiste Etat islamique. Sans préciser comment les autorités sont remontées jusqu'à la publication, ces mêmes sources expliquaient que Tashfeen Malik avait publié sur le réseau social un texte pour faire allégeance à Abou Bakr al-Bagdadi avec un compte qui n'était pas à son nom.

    Les enquêteurs américains avaient affirmé chercher, dans la vie de son mari Syed Farook, un Américain d'origine pakistanaise, ce qui avait pu le conduire à perpétrer le massacre de San Bernardino.

    Un véritable arsenal de guerre, et notamment douze engins explosifs, a été retrouvé au domicile du couple. Une bombe artisanale, pouvant être déclenchée à distance, a également été découverte sur les lieux de l'attaque.

    Un acte dirigé par le groupe EI ?

    La presse américaine a par ailleurs révélé jeudi soir que le FBI avait retrouvé des correspondances, des e-mails, qui attesteraient de contacts entre Syed Farook et des personnes impliquées dans des réseaux terroristes.

    ... Nous sommes en train d'essayer de comprendre les motivations des tueurs, nous passons au crible toutes les indices électroniques, des indices que les tueurs ont tenté de détruire...
    Ecoutez les précisions de James Comey, le patron du FBI 05/12/2015 - par Anne-Marie Capomaccio Écouter

    Syed Farook pourrait avoir développé, selon ces éléments, des contacts avec cinq personnes sur lesquelles la police fédérale avait enquêté. L'une d'elles serait liée aux shebabs somaliens, une autre au Front al-Nosra, branche syrienne d'al-Qaïda.

    Dans les colonnes du New York Times, les responsables fédéraux indiquent que rien n'indique toutefois que Tashfeen Malik et son mari aient été « dirigés » par le groupe EI pour commettre le massacre : « A ce stade, nous pensons qu'ils sont plus auto-radicalisés et inspirés par le groupe que vraiment commandés pour commettre la fusillade ».

    La pire angoisse pour les Etats-Unis

    « Nous n'avions aucune trace de ces tueurs dans nos dossiers... Et il n'y a pas eu de contact entre ces tueurs et des gens sur lesquels nous enquêtons, rien en tout cas qui ait attiré notre attention. Nous regardons de très près ces contacts mais je vous engage à ne pas extrapoler. C'est la raison pour laquelle nous avons des centaines d'agents qui suivent toutes les pistes dans le monde... » a assuré James Comey. Les enquêteurs confirment qu’ils sont à la recherche d’autres personnes qui pourraient être liées à cet attentat sur le sol américain.

    Cette fusillade de San Bernardino concrétise la pire angoisse américaine : un terroriste, citoyen américain qui semblait au dessus de tout soupçon, qui se radicalise pour de multiples raisons encore inexpliquées, et commet un attentat dans un lieu public.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.