GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L’Assemblée nationale vietnamienne rejette le projet de train à grande vitesse

    media Vue du quartier d'affaires d'Hô-Chi-Minh-Ville. Reuters/Kham

    Fait rarissime au Vietnam, les députés ont repoussé le 19 juin un projet gouvernemental : ils ont refusé leur feu vert au projet de train à grande vitesse qui doit relier la capitale Hanoï à Hô-Chi-Minh-Ville, 1 500 km plus au sud. Un TGV réduirait le temps de transport entre les deux villes mais ce projet qui coûterait 56 milliards de dollars, soit près de 60% du PIB du pays l'an dernier, suscite un vif débat.

    Avec notre correspondante à Hanoï, Lucie Moulin

    D’un côté, la presse directement liée à l’Etat vietnamien. Ici la ligne à grande vitesse n’a que des partisans. Elle désengorgera les routes, accélérera le développement du pays, tout en diminuant la pollution.

    De l’autre côté, quelques médias un peu plus émancipés qui font place aux réserves de beaucoup d’experts et de députés face à un projet très coûteux et qui ne serait utilisable que par les plus riches.

    Au Vietnam, le plus souvent, les controverses de ce genre font une timide apparition, puis les lois sont votées, et le débat s’arrête là. Cette fois, les députés ont franchi une étape supplémentaire.

    En demandant une étude plus approfondie, ils ont montré qu’ils n’étaient plus tout à fait des marionnettes. Ils ont aussi écouté les réticences d’une bonne partie de la population pour qui les domaines de l’énergie ou de la santé sont prioritaires.

    Beaucoup sont aussi persuadés que le projet n’existe que parce qu’il permettra aux autorités de percevoir de larges commissions. S’il est vraiment remis en cause, il aura peut-être plus de chances d’être pris au sérieux.
     

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.