GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Etat de guerre permanent, 60 ans après l’armistice

    media Parade de navires de guerre sud-coréens pour marquer le 60e anniversaire du déclenchement de la guerre de Corée (1950-53). Reuters/Jo Jung-Ho/Yonhap

    Le président Sud-Coréen Lee Myung-Bak a appelé vendredi la Corée du Nord à cesser les « provocations militaires irresponsables » alors que les deux pays marquaient le 60e anniversaire du déclenchement de la guerre de Corée (1950-53) dans un contexte de tensions dans la péninsule. Soixante ans après un conflit qui a fait, selon les estimations, près de 3 millions de morts, la péninsule est toujours divisée et séparée par une frontière hautement militarisée tandis que le naufrage d'une corvette sud-coréenne, coulée selon une enquête internationale par l'armée nord-coréenne, a encore envenimé les relations.

    Soixante ans après la région est toujours dans un état de tension qui nous conduit régulièrement à des paroxysmes effrayants. Non seulement il n'y a aucun signe d'apaisement, « l'état de guerre », étant un « état normal », quasiment « institutionnel », la Corée du Nord dispose en plus de l'arme nucléaire qu’elle teste régulièrement avec les missiles qui lui permettraient de menacer l'ensemble de la région.

    La frontière demeure parfaitement étanche. L'état d'alerte y est permanent. Rarement une zone dite « démilitarisée » n'aura aussi mal porté son nom, d'ailleurs le « no man’ land » est un champ de mines infranchissable.

    La péninsule est surarmée. Les manœuvres militaires s'effectuent le doigt sur la gâchette. Les provocations sont régulières. Il y a des morts, comme ce fut encore le cas fin mars après le torpillage du croiseur sud-coréen Cheonan (qui a fait 46 morts) ; finalement en 60 ans, l'ambiance s'est plutôt dégradée et le conflit s'est plutôt enfoncé dans une logique vicieuse que vertueuse, régulièrement alimentée par les diatribes des uns répondant aux menaces des autres.

    En même temps, malgré les appels et les efforts plus ou moins sincères de la communauté internationale, on voit mal comment réduire le conflit, pour une bonne raison au moins : il est vraisemblable que la dynastie nord-coréenne ne survivrait pas à la conclusion d'un accord de paix prévoyant la réunification de la Corée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.