GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Moldavie se dote d'un gouvernement pro-russe minoritaire deux jours après la chute d'un cabinet pro-européen
    • Koweït: le Premier ministre a présenté jeudi la démission de son gouvernement à l'émir (porte-parole)
    • Le prix Goncourt des lycéens attribué à Karine Tuil pour «Les choses humaines»
    • Incendies sur la côte est de l'Australie: quatre morts, selon un dernier bilan établi par la police
    • Israël déclare avoir tué dans la nuit un commandant du Jihad islamique lors d'une frappe sur Gaza
    • Hong Kong: le «Global Times» supprime son tweet annonçant un couvre-feu imminent
    Asie-Pacifique

    Xinjiang : un an de répression chinoise contre les Ouïghours

    media Des patrouilles anti-émeutes dans les rues d'Urumqi, dans la province chinoise du Xinjiang, le 3 juillet 2010 afin d'éviter tout débordement lors du premier anniversaire des émeutes sanglantes qui ont eu lieu dans la ville. REUTE图片来源:路透社/中国日报

    Le 5 juillet 2009, la province chinoise du Xinjiang connaissait ses plus graves émeutes depuis plusieurs décennies. Une manifestation pacifique des Ouïghours à Urumqi, bloquée par les autorités dégénérait en incidents violents, faisant près de deux cents morts et des milliers de blessés, principalement parmi la communauté Han, majoritaire en Chine. Répression et représailles des Hans contre les Ouïghours ont suivi, notamment le 7 juillet dans la capitale provinciale, sans qu’aucune enquête indépendante ne fasse jamais le décompte de ces victimes-là. La répression s’est poursuivie sans relâche contre les Ouïghours tout au long de l’année écoulée, 198 personnes ont été jugées, 26 condamnées à mort et neuf exécutées.

    Le rapport « Justice, justice » publié par Amnesty International ce lundi 5 juillet 2010 à l’occasion de la commémoration des émeutes de 2009, précise que l’expert indépendant des Nations unies pour les droits des minorités Gay McDougall a demandé la possibilité de se rendre dans cette province dite « autonome » du Xinjiang au lendemain des événements, mais n’a jamais obtenu le feu vert des autorités chinoises.

    Les organisations de défense des droits de l’homme continuent donc de réclamer aujourd’hui l’accès à ces régions de l’ouest de la Chine, afin d’établir un bilan de la situation. Pour justifier la répression, Pékin invoque la crainte du terrorisme, du séparatisme et de l’extrémisme religieux.

    En 2001, l’attentat contre les tours jumelles de New York et le lancement de la traque contre al-Qaïda a conduit au durcissement du pouvoir central à l’égard de cette minorité pratiquant l’islam sunnite. Le gouvernement chinois accuse régulièrement le Mouvement islamique du Turkestan oriental d’actions terroristes, en lien avec la nébuleuse al-Qaïda. Un amalgame que déplorent les opposants ouïghours en exil.

    Une région sous haute surveillance

    Du fait de la politique restrictive de Pékin en matière d’information et d’accès à la région, seuls nous parviennent les témoignages recueillis le plus souvent auprès de Ouïghours contraints à l’exil. Concernant le déroulement des événements, deux versions s’opposent.

    Celle des autorités qui incriminent le mouvement de la dissidente Rebiya Kadeer, le Congrès mondial ouïghour, jugé responsable d’avoir fomenté les violences depuis l’étranger et les témoignages de Ouïghours ayant participé aux manifestations ce jour-là, au cri de « Justice, justice », afin de dénoncer l’inaction des autorités, lorsque le 26 juin 2009, plusieurs travailleurs ouighours ont trouvé la mort au cours d’une bagarre, dans une fabrique de jouets du Guangdong.

    L’incident de Shaoguan, auquel font référence de nombreux témoins, aurait provoqué le rassemblement des Ouïghours le 5 juillet 2009, en pleine après-midi au square du Peuple d’Urumqi. Le blocage des manifestants à l’entrée du quartier ouïghour, non loin du Grand Bazar, aurait ensuite abouti à de violents débordements.

    Le gouvernement chinois envoie régulièrement la police chez mes parents pour m'intimider.

    Nurgul Toxti

    Militante Ouïghour, exilée en France

    05/07/2010
    Il y a un an, le 5 juillet 2009, la province chinoise du Xinjiang connaissait ses plus graves émeutes depuis plusieurs décennies. Une manifestation pacifique des Ouighours à Urumqi, bloquée par les autorités dégénérait en incidents violents, faisant près de deux cent morts et des milliers de blessés, principalement parmi la communauté Han, majoritaire en Chine. Répression et représailles des Hans contre les Ouighours ont suivi, notamment le 7 juillet dans la capitale provinciale, sans qu’aucune enquête indépendante ne fasse jamais le décompte de ces victimes là.
    Écouter

    Une manifestation qui tourne à l'émeute sur fond d'angoisse de la communauté ouïghour, c’est ce sentiment de peur qu'exprime Nurgul Toxti, exilée en France depuis cinq ans. Nurgul Toxti a contribué à l’organisation le dimanche 4 juillet 2010 d’une manifestation qui a réuni quelques centaines de personnes à l’appel du Congrès mondial ouïghour sur la place du Trocadéro à Paris. Certains sympathisants de la cause ouïghoure venaient d’autres pays d’Europe, notamment d’Allemagne. La plupart notent, comme leur leader Rebiya Kadeer, la difficulté de mobiliser en faveur des droits de la minorité ouïghoure, du fait des liens économiques importants qu’entretient la Chine avec le reste du monde.

    Peu d’amélioration dans la vie des Ouïghours

    Si le gouvernement chinois multiplie les efforts diplomatiques, en vue de devenir une puissance incontournable sur l’échiquier politique international, l’attitude de Pékin à l’égard des minorités n’évolue guère.

    L'année écoulée a surtout servi à tuer dans l'œuf toute nouvelle velléité de manifestation. C'est ce qu'a pu observer Thierry Kellner, spécialiste de l'Asie centrale à l'Université libre de Bruxelles et au Brussels Institute of Contemporary China Studies : « Depuis le début du mois de juin, on a assisté à un resserrement du point de vue de la sécurité, dans la ville d'Urumqi, avec par exemple la mise en place de barrages à des carrefours stratégiques. Il y a aussi maintenant des patrouilles de citoyens -c'est une nouveauté- et puis une installation massive de caméras de surveillance vidéo. Je pense que Pékin a pris toutes les précautions pour qu'il y ait le moins de vagues possibles par rapport à cette date ».

    A côté du dispositif de sécurité, les signaux envoyés par Pékin suscitent peu d’espoir chez les Ouïghours. Les autorités ont procédé au remplacement du chef du Parti communiste local, Wang Lequan, mais « c'était surtout parce que les Hans estimaient qu'il n'avait pas su les protéger contre les émeutiers ouïghours », note le chercheur Thierry Kellner.

    Ensuite Pékin a lancé un vaste plan de modernisation, de l'équivalent d'un milliard et demi de dollars, mais les Ouighours estiment que ce sont d'abord les Hans qui vont en profiter, comme cela a toujours été le cas jusqu'à présent. Les discriminations à l’embauche sont le lot quotidien des Ouïghours. A l’exception d’une classe moyenne peu importante, la majorité des Ouïghours peuplant les campagnes, vit bien en dessous du niveau des populations hans qui forment la majorité des habitants des villes.

    Les réflexes identitaires d’une communauté menacée

    Du coup, faute de pouvoir revendiquer une amélioration de leurs conditions de vie, les Ouïghours cultivent les réflexes identitaires et se réfugient dans tout ce qui reste de leur culture d'origine, explique Thierry Kellner :

    « Les Ouïghours essayent d'entretenir leur culture traditionnelle, ils pratiquent la religion musulmane, ils consomment d'une manière non chinoise. Par exemple, pour une famille de la classe moyenne, quand on veut acheter des produits alimentaires, cela veut dire que l'on va plutôt acheter des produits halal venus de Turquie, plutôt que des produits fabriqués en Chine, même par des musulmans chinois -les Huizou- simplement pour se différencier.

    Au point de vue artistique, les chanteurs d'Asie centrale, les Ouzbeks etc... ont énormément de succès chez les Ouïghours, beaucoup plus que les artistes chinois. Ils essaient de cette façon de maintenir leur identité, car ils sentent qu'elle est menacée.

    Un exemple récent, c'est la destruction historique du centre de Kashgar, sous couvert de grands projets d'urbanisation. On détruit les quartiers traditionnels puis on essaie de reloger les gens à l'extérieur de la ville dans des grandes tours d'immeubles qui sont en fait plus faciles à surveiller ».

    Largement majoritaires dans le Xinjiang en 1949, où ils représentaient 79% de la population, les Ouïghours ne constituent plus que 45,6% de la population. La politique de peuplement de la province par les Hans se poursuit, à coup d’incitations financières et l’écart ne cesse de se creuser entre villes et campagnes. Ils sont désormais 73% de Hans dans la capitale provinciale d’Urumqi. Alors que la mainmise de ces derniers sur les leviers économiques ne cesse de s’étendre, la communauté ouïghoure ne sait plus où se tourner pour obtenir au minimum, le respect de ses droits fondamentaux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.