GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 8 Novembre
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    825 inculpations pour une sanglante mutinerie en 2009

    media

    Le procureur de Dacca a annoncé lundi 12 juillet l'inculpation de 824 personnes poursuivies pour le massacre de dizaines de gradés militaires de haut rang lors d'une sanglante mutinerie en février 2009. Le magistrat a précisé que le procès devrait durer au moins un an. Rappel des faits.

    C'est certainement l'un des conflits sociaux parmi les plus sanglants de l'histoire et la plus vaste enquête diligentée au Bangladesh. Le 25 février 2009, des centaines d'hommes d'une unité paramilitaire de garde-frontières s'emparent d'une caserne de Dacca et prennent en otages des dizaines d'officiers.

    Les paramilitaires exigent une valorisation de leurs soldes, de meilleures conditions de travail et une reconnaissance de leur statut militaire. Les autorités refusent d'entamer le dialogue avec les mutins. La révolte va durer trente-trois heures et va s'achever dans un bain de sang. Il y a au moins 74 tués, dont 57 officiers. Il faudra plusieurs jours aux enquêteurs pour découvrir l'ampleur du massacre.

    Mais l'onde de choc va se propager sur des dizaines de postes-frontières dans tout le pays. Au total, ce sont des milliers d'hommes qui participent à la mutinerie. 3 500 sont actuellement traduits devant des tribunaux militaires spéciaux, sans avocats et devant lesquels il n'est pas possible de faire appel.

    Les 824 inculpés de ce lundi sont poursuivis pour « meurtre, complot, complicité de meurtre, pillage d'armes militaires et incendie volontaire ». Ils vont comparaître devant des tribunaux civils. Ils encourent la peine de mort.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.