GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Cachemire indien : l'option militaire contestée

    media Arrestation d’un manifestant cachemiri par la police, à Jammu le 17 septembre 2010. Reuters/Mukesh Gupta

    Au Cachemire indien, le bilan des violences de ces trois derniers mois s'établit ce dimanche 19 septembre 2010 à 105 morts civils, après le décès de trois nouveaux manifestants blessés lors des manifestations anti-indiennes de samedi. Plus la liste des victimes s'allonge et plus la colère gronde, amplifiant du même coup le désemparement des autorités. New Delhi semble en effet incapable de maîtriser le mouvement de protestation dans cette région très majoritairement indépendantiste, où l'insurrection a démarré en 1989.

    New Delhi semble réaliser que, cette fois, la protestation est peut être d'une autre nature et qu'il va falloir déployer d'autres moyens. Car la méthode du baton n'apporte pas les résultats escomptés.

    Depuis trois mois, ce sont les jeunes qui descendent dans la rue et qui affrontent les forces de l'ordre. Et rien n'y fait, ni les déploiements militaires, ni les lois d'exception, ni la brutalité de la répression ne parviennent à juguler le mouvement de protestation qui semble même échapper aux leaders indépendantistes cachemiris.

    Police et paramilitaires restent campés sur l'option sécuritaire et répressive

    Au cours de la semaine, le pouvoir indien vient de témoigner de sa perplexité en convoquant les partis à une table ronde sur le Cachemire. Tandis que le chef du gouvernement et le parti au pouvoir s'interrogeaient sur la conduite à tenir. Rien de véritablement convaincant n'en est sorti.

    Mais le Premier ministre indien Manhmohan Singh a multiplié les appels pour rappeler que les manifestants étaient eux aussi des « enfants de l'Inde » et pour souligner que les moyens employés par les forces de l'ordre n'étaient pas adaptés, il a commandé des rapports sur les modes opératoires policiers dans le contrôle des manifestations de masse.

    Pour le moment, l'armée, la police et les paramilitaires restent campés sur l'option sécuritaire et répressive. Pour eux, le Cachemire est une « ligne de front » entre l'Inde et le Pakistan, où seule l'armée peut encore garantir la souveraineté de New Delhi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.