La tension reste vive entre la Chine et le Japon - Asie-Pacifique - RFI

 

  1. 15:33 TU Autour de la question
  2. 16:00 TU Journal
  3. 16:10 TU Radio foot internationale
  4. 16:30 TU Journal
  5. 16:33 TU Radio foot internationale
  6. 17:00 TU Journal
  7. 17:10 TU Sessions d'information
  8. 17:30 TU Journal
  9. 17:33 TU Sessions d'information
  10. 17:40 TU Accents d'Europe
  11. 18:30 TU Sessions d'information
  12. 19:00 TU Journal
  13. 19:10 TU Grand reportage
  14. 19:30 TU Journal
  15. 19:40 TU Sessions d'information
  16. 20:00 TU Journal
  17. 20:10 TU La bande passante
  18. 20:30 TU Journal
  19. 20:33 TU La bande passante
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Couleurs tropicales
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Couleurs tropicales
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
  1. 15:33 TU Radio foot internationale
  2. 16:00 TU Journal
  3. 16:10 TU Couleurs tropicales
  4. 16:30 TU Journal
  5. 16:33 TU Couleurs tropicales
  6. 17:00 TU Journal
  7. 17:10 TU Sessions d'information
  8. 17:30 TU Journal
  9. 17:33 TU Sessions d'information
  10. 17:40 TU Accents d'Europe
  11. 18:30 TU Sessions d'information
  12. 19:00 TU Journal
  13. 19:10 TU Grand reportage
  14. 19:30 TU Journal
  15. 19:40 TU Sessions d'information
  16. 20:00 TU Journal
  17. 20:10 TU La bande passante
  18. 20:30 TU Journal
  19. 20:33 TU La bande passante
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Radio foot internationale
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Radio foot internationale
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
fermer

Asie-Pacifique

Chine Japon

La tension reste vive entre la Chine et le Japon

media

Les tensions entre le Japon et la Chine n'ont pas été apaisées samedi 25 septembre par la libération du capitaine d'un chalutier chinois détenu pendant deux semaines sur l'archipel nippon, Pékin exigeant des excuses et un dédommagement que lui refuse Tokyo. Arrêté le 8 septembre après une collision entre son chalutier et deux vedettes de la garde-côte nippone en mer de Chine orientale, près d'îlots revendiqués par les deux pays, le capitaine Zhan Qixiong a pu quitter le Japon samedi pour se rendre à Fuzhou, ville côtière chinoise.
 

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Acculé à l’impasse, Tokyo a perdu la face. « Il faut en profiter pour réaffirmer la souveraineté de la Chine sur les îles Diaoyu », estiment à Pékin de nombreux commentateurs. La Chine a marqué un point avec la libération du capitaine, alors elle demande maintenant des excuses de la part du Japon et une indemnisation pour le marin.

L’illégalité, ou en tout cas supposé telle par Pékin, de la détention du capitaine, a donc été martelée encore ce samedi 25 septembre toute la journée sur les radios et les télévisions chinoises ; la fibre patriotique étant aussi un moyen commode pour rassembler l’opinion et les cadres à la veille du plénum du Parti communiste prévu le mois prochain.

Pour l’instant, l’ensemble des mesures de rétorsion annoncées la semaine dernière restent donc en place : suspension des réunions interministérielles et pression sur les tour-opérateurs pour qu’ils retirent de leurs promotions les voyages vers l’archipel.

En demandant des excuses et une compensation financière, pour un geste qui a gravement violé les droits de l’homme d’un citoyen chinois, selon le ministère des Affaires étrangères à Pékin, la Chine entend profiter de son avantage, au risque d’effrayer un peu plus certains pays voisins et notamment au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, malgré les yeux doux de la porte-parole de la diplomatie chinoise, qui a une nouvelle fois prôné ce samedi une résolution pacifique des conflits territoriaux en mer de Chine méridionale.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.