GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
Lundi 29 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 31 Mai
Jeudi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Huit sociétés de sécurité, dont l’ex-Blackwater, interdites en Afghanistan

    media

    En Afghanistan, la présidence a annoncé dimanche 3 octobre que huit compagnies privées de sécurité n'avaient désormais plus le droit de travailler dans le pays. Parmi elles, figurent des entreprises afghanes, comme White Eagle Security Services, mais aussi étrangères, tel Xe, anciennement Blackwater. Le gouvernement afghan avait annoncé cet été qu'il allait bannir les 52 sociétés de sécurité en activité. D'autres compagnies pourraient être interdites d'ici la fin de l'année.

    Avec notre correspondant à Kaboul, Luc Mathieu

    Le gouvernement afghan n'a pas été aussi loin qu'annoncé. Les compagnies de sécurité dont les gardes travaillent dans les ambassades ou pour les ONG ne risquent pas le bannissement. Selon le général David Petraeus, le chef de l'OTAN en Afghanistan, le président Hamid Karzaï serait également prêt à laisser opérer les entreprises qui gèrent la sécurité de lieux précis, comme les centrales électriques.

    Le Pentagone s'était officiellement dit inquiet de l'annonce en août dernier de l'interdiction de ces compagnies qui assurent entre autres la protection d'une partie des convois de l'OTAN.

    Hamid Karzaï estime, lui, que la police et l'armée afghanes sont à même de s'en charger. Le gouvernement a en outre proposé aux gardes privés afghans de rejoindre les forces de sécurité nationales.

    Le décret présidentiel semble toutefois avoir été promulgué à la hâte. Les conseillers d'Hamid Karzaï ont découvert il y a quelques semaines seulement que la sécurité de l'aéroport de Kaboul était assurée par une entreprise britannique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.