GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Un faux taliban trompe l’Otan et les services secrets britanniques

    media Article du New York Times révélant l'arnaque du faux taliban. New York Times

    Un faux taliban a négocié avec l'Otan et l'administration afghane pendant des mois. Mollah Akhtar Mohammed Mansour se faisait passer pour le N°2 du mouvement insurgé, juste derrière le mollah Omar. L'arnaque a été révélée par le New York Times mardi dernier et confirmé par le Times de Londres qui « charge » les services secrets britanniques du MI6 ce vendredi 26 novembre. Selon le Times, c'est le MI6 qui a introduit l'imposteur dans ces négociations coûteuses, et tenues au plus haut niveau.

    Les informations recueillies par les confrères américains et britanniques décrivent un homme de bonne volonté, peu exigeant en terme de revendications, mais vénal. Apparemment, il a touché beaucoup d'argent pour ses « services » : des centaines de milliers de dollars.

    Mollah Mansour est allé à Kaboul à plusieurs reprises, escorté par l'Otan. Ce n'est qu'au bout de la troisième rencontre avec des officiels afghans, à Kandahar, que le doute s'est installé. On a glissé dans la délégation gouvernementale quelqu'un qui avait connu le mollah Mansour plusieurs années auparavant. Pas de chance : le témoin ne reconnait pas M. Mansour.

    Alors trois hypothèses :1- l'imposteur est un escroc. 2- l'imposteur est espion taliban. 3- l'imposteur est un agent des services secrets pakistanais. Enfin, dans cette partie de poker-menteur il y aurait un joker : il y en a encore qui, parait-il, croient que l'imposteur est un agent (un intermédiaire) du mollah Mansour et qu'il va revenir négocier.

    L'ancien représentant américain à Kandahar minimise la responsabilité des Britanniques. Il déclare : « qu'une stupidité de ce genre est généralement le résultat d'un travail d'équipe ». En tout cas, c'est d'une naïveté confondante et, pour le New York Times, cet épisode souligne le climat étrange et irréel dans lequel évoluent les décideurs pour tenter de sortir des neuf années de guerre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.