GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Grève au Pakistan pour maintenir la peine de mort en cas de blasphème

    media A Karachi, dans le sud du Pakistan, des affrontements ont eu lieu entre des policiers et des manifestants ce vendredi 31 décembre 2010. REUTERS/Athar Hussain

    Le Pakistan est confronté à un mouvement social. Après les manifestations de la semaine dernière, c'est une grève qui a touché le pays vendredi 31 décembre. Une grève en protestation contre un amendement pour abolir la peine de mort en cas de blasphème. Un mouvement très suivi sur les marchés et dans les centres commerciaux du pays.

    Avec notre correspondante à Islamabad, Nadia Blétry

    Dans les grandes villes du pays, beaucoup de commerces étaient fermés ce vendredi 31 décembre et les transports publics étaient ralentis. A Karachi, dans le sud du Pakistan, des affrontements ont eu lieu entre des policiers et des manifestants.

    Les partis religieux avaient appelé le pays à la grève nationale pour protester contre toute modification éventuelle de la loi sur le blasphème alors que le gouvernement avait laissé entendre, il y a quelques semaines, qu’il pourrait s’y atteler.

    Cette loi, qui a été promulguée en 1986 sous le régime du général Zia-ul-Haq, punit de la prison à perpétuité les auteurs d’une profanation du Coran et de la peine de mort ceux qui profèrent des insultes à l’égard du prophète Mahomet.

    Les organisations des droits de l’homme demandent de longue date l’abrogation de la loi sur le blasphème qu’elles considèrent comme un instrument de discrimination à l’égard des minorités.

    Mais les autorités sont toujours restées sourdes à ces appels. L’actuel gouvernement n’a finalement pas fait exception à la règle. Le 30 décembre, il a rendu public sa volonté de ne pas modifier la loi, une décision qui survient alors que les extrémistes manifestent depuis plusieurs semaines.

    Il faut dire que depuis la création du pays en 1947, tous les gouvernements ont toujours été à l’écoute de la pression des extrémistes, car ils ont toujours utilisé l’islam comme le moyen d’asseoir leur pouvoir.

    Chronologie et chiffres clés

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.