GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Eliminatoires CAN 2021 : A domicile, la Côte d’Ivoire bat le Niger (1-0)
    Asie-Pacifique

    L’Afghanistan et la Russie resserrent leurs liens

    media Le président russe Dmitri Medvedev (à gauche) et son homologue afghan Hamid Karzaï, à Moscou le 21 janvier 2011. REUTERS/Maxim Shipenkov

    C’est la première visite d'Etat d'un président afghan en Russie depuis le retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan en 1989. Hamid Karzaï achève vendredi 21 janvier une visite de 48 heures à Moscou. Il a eu des entretiens avec son homologue Dmitri Medvedev puis avec le Premier ministre, Vladimir Poutine. Les responsables des deux pays veulent renforcer leurs liens économiques et diplomatiques et ouvrir une nouvelle page de leurs relations.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    La Russie cherche à retrouver une influence dans la région. En recevant son homologue afghan, Dmitri Medvedev s’est réjoui que les échanges commerciaux entre les deux pays soient en augmentation, tout en précisant qu’ils partaient de très bas.

    De son côté, Hamid Karzaï a souligné que la Russie était « plus qu'un allié proche », un pays avec lequel l'Afghanistan avait « des valeurs culturelles et historiques communes ». A l'issue de leur rencontre, les deux dirigeants ont signé un accord de partenariat économique.

    Au menu des discussions également : la lutte contre le trafic de drogue, dans laquelle la Russie est impliquée, et la question du transfert graduel de la responsabilité de la sécurité aux forces afghanes d’ici 2014. Un processus que Dmitri Medvedev entend encourager même si son pays ne participe pas aux opérations.

    « J'ai dit au président que nous pensons que l'Afghanistan pourra parvenir à assurer sa sécurité et l'indépendance de son Etat, avec ses propres forces, et en cela la Russie fera tout son possible pour aider l’Afghanistan. Je voudrais que toutes les forces internationales qui sont présentes en Afghanistan soient capables de se retirer du pays avec respect et dignité. Cela signifiera qu’elles ont rempli leurs obligations », a déclaré le président russe.

    Le président afghan a invité son homologue russe à se rendre prochainement en visite en Afghanistan. Une invitation que Dmitri Medvedev dit accepter avec plaisir.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.