GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Nord-Coréens «égarés» dans le Sud : une affaire embarrassante pour Séoul

    media Militaires sur l'embarcadère de Yeongpyeong, le 28 novembre 2010. RFI / Stéphane Lagarde

    Près de neuf semaines après des échanges de tirs meurtriers en mer Jaune, les premiers contacts directs entre de hauts responsables militaires des deux Corées doivent commencer le 8 février 2011. Cette reprise des pourparlers doit se dérouler à la frontière entre les deux pays, alors que 31 Nord-Coréens ont pénétré samedi 5 février dans les eaux sud-coréennes. Une affaire qui pourrait embarrasser les autorités de Séoul.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Les 31 Nord-Coréens arrivés samedi 5 février en Corée du Sud ont exprimé la volonté de retourner au Nord. L’agence Chine nouvelle reprend ce 7 février 2011 les propos d’une source militaire anonyme à Séoul. Cette thèse de la « dérive » étant aussi d’ailleurs largement partagée par la presse sud-coréenne.

    Les 11 hommes et 20 femmes à bord de l’embarcation n’étaient pas accompagnés de leurs enfants lorsqu’ils sont arrivés sur l’île de Yeongpyeong, située à 11 kilomètres seulement du rivage nord-coréen. Un signe qui, selon les autorités sud-coréennes, pourrait laisser penser à « un groupe de pêcheurs au travail » plutôt qu’à des familles décidées à faire défection.

    Deux hypothèses sont aujourd’hui mises en avant pour évoquer cet « égarement » : l’épais brouillard présent ce jour-là dans la zone ainsi qu’une possible panne du moteur électrique du bateau. Pour l’instant, les Nord-Coréens n’auraient donc pas demandé l’asile au Sud et pourraient dans ce cas être raccompagnés au Nord via le village de Panmunjon, le « village de la trêve » entre les deux Corées.

    Mais l’affaire pourrait devenir bien plus embarrassante pour Séoul et même créer un nouveau conflit diplomatique si les « pêcheurs égarés » changent d’avis estime l’agence sud-coréenne Yonhap. En septembre 2009 déjà, 5 hommes et 6 femmes étaient arrivés au Sud par la mer avant de demander refuge. Même scénario en 2005 pour deux Nord-Coréens. A chaque fois, Pyongyang avaient exigé leur rapatriement, sans évidement l’obtenir.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.