GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Séisme au Japon : possible fusion dans deux réacteurs de la centrale de Fukushima 1

    media Un officiel vérifie les signes de radiation sur une personne évacuée qui revient de la région proche de la centrale nucléaire de Fukushima à Koriyama, le 13 mars 2011. Kim Kyung-Hoon / Reuters

    Un deuxième réacteur nucléaire est en difficulté dans le nord du Japon après le séisme qui a dévasté les régions de Sendai et de Fukushima, vendredi 11 mars 2011. La compagnie d'électricité TEPCO précise qu'il s'agit du réacteur n° 3 dans sa centrale de Daichi à Fukushima - on parle aussi de Fukushima 1-, à 240 kms au nord de Tokyo. Son système de refroidissement est tombé en panne. Et le gouvernement japonais craint un possible processus de fusion dans les réacteurs n° 1 et 3 de cette même centrale.

    Avec notre correspondant et notre envoyé spécial à Tokyo

    La panne dans le système de refroidissement d’urgence du réacteur n° 3 de la centrale de Daichi force son opérateur TEPCO à utiliser de l’eau de mer pour refroidir le réacteur. Cela prouve que la centrale n’arrive pas à pomper assez d’eau dans ses installations. Le problème est d'acheminer l'eau de mer en direction de la centrale.

    L’armée américaine, basée au Japon, fournit déjà du liquide de refroidissement à la centrale. TEPCO note que l’alimentation en eau s’est arrêtée et la pressure à l’intérieur du réacteur n° 3 s’élève lentement.

    Samedi, le réacteur n° 1 dans cette même centrale avait déjà connu des défauts de refroidissement et de montée de pression. La radioactivité au césium mesurée à Fukushima laisse penser que du combustible a fondu dans le réacteur n° 1 de la centrale de Daichi dont le toit s’est effondré à la suite d’une explosion, estime l’agence de sûreté nucléaire japonaise.

    Dans les médias, des critiques commencent à poindre que la manière dont le gouvernement et notamment le Premier ministre Naoto Kan, déjà impopulaire, gèrent la crise : manque de réactivité et gestion « incohérente » selon les journaux. Le Premier ministre a demandé ce dimanche matin l'aide du président de Toshiba, propriétaire de Westinghouse, le fabriquant de centrales nucléaires.

    Quelque 140 000 personnes ont déjà été évacuées et des milliers d'entre elles sont passées au scanner par les secouristes pour vérifier leur niveau d'exposition. Des comprimés d'iode sont également distribués pour prévenir notamment les risques de cancer de la thyroïde.

    Selon le Centre d'information sur le nucléaire, une ONG indépendante, le réacteur n°1 dans la centrale de Daichi est en train de fondre comme cela s'était produit dans la centrale américaine de Three Mile Island en 1979. De même, il souligne que les particules radioactives relâchées dans l'atmopshère constituent un danger pour les populations et les secouristes.

    Le point sur le nucléaire japonais

    Il y a 18 centrales nucléaires au Japon et quatre d’entre elles sont proches de l’épicentre du séisme. Elles sont toutes fermées. Deux suscitent le plus de crainte : Fukushima Daichi dite Fukushima 1, où s’est produit une explosion samedi matin et Fukushima Daini - Fukushima 2.

    Quels sont les  types de centrales nucléaires au Japon ?

    Ce sont des réacteurs à eau sous pression : le principe est de faire chauffer de l’eau grâce à la fission des atomes du combustible, l’uranium, pour obtenir de la vapeur et entraîner des turbines.

    Ces centrales ont été arrêtées automatiquement après le séisme mais, encore faut-il après cet arrêt, continuer à refroidir le cœur du réacteur, l'uranium donc. Si ce refroidissement n'est pas assuré durant plusieurs heures, les structures du cœur peuvent commencer à fondre.

    Et justement, pour ces deux centrales, la mise hors circuit prolongée consécutive au tsunami a empêché cette opération de refroidissement. D’où surchauffe, d’où explosion samedi. Et ce dimanche, il semble qu'il y ait fusion dans deux des six réacteurs de Fukushima Daichi

    Quelles actions pour stopper la fusion ?

    Tous les efforts de la TEPCO, l’exploitant de ces centrales, portent sur le contrôle de cette fusion du cœur des réacteurs. Les ingénieurs japonais sont maintenant occupés à refroidir ces cœurs avec de l’eau de mer. De grandes quantités sont pompées et l’opération va prendre plusieurs jours.

    D’après le gouvernement japonais les enceintes de confinement qui contiennent les matières radioactives, ne seraient pas endommagées. Une information à vérifier.

    Pour l’instant, l’accident est classé «4,» c'est-à-dire qu'il entre dans la catégorie des incidents qui n’entraînent pas de risque important hors du site. Une situation qui pourrait changer en fonction de l'évolution de la fusion en cours.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.